INTERVIEW. Luce Pane, maire de Sotteville-lès-Rouen, démissionne : "Il y a une responsabilité à transmettre"

La maire de Sotteville-lès-Rouen, Luce Pane, a annoncé sa démission lors du conseil municipal jeudi 14 mars 2024. Elle était l'invitée d'ICI 19/20 Normandie Rouen, ce vendredi 15 mars 2024, afin d'en expliquer les raisons. Interview.

Une page se tourne à Sotteville-lès-Rouen. A 68 ans, la maire (PS) de la commune a en effet renoncé officiellement à ses fonctions ce jeudi. C'est Alexis Ragache, l'adjoint de Luce Pane, qui assurera l'intérim en attendant l'élection d'un nouveau maire le 23 mars prochain lors d'un conseil municipal extraordinaire.

À lire aussi : "Je souhaite transmettre le flambeau à la génération suivante". La maire de Sotteville-lès-Rouen, Luce Pane, démissionne

"Je n'éprouve pas de lassitude"

France 3 Normandie : D'abord, pourquoi démissionner maintenant ?

Luce Pane : Depuis dix ans, j'ai l'honneur et le bonheur d'animer notre chère ville de Sotteville-lès-Rouen, en tant que maire, avec une équipe formidable et expérimentée. Nous avons un premier adjoint lui-même très compétent et qui a toutes les qualités requises. Il me semble qu'il est juste, bon, et utile pour notre ville. Je lui passe maintenant le relais en termes de génération, afin que les beaux projets que nous portons puissent se poursuivre dans de très bonnes conditions.

Cette démission reflète-t-elle une forme de lassitude de votre part liée aux contraintes des maires ?

Non. J'ai sûrement eu beaucoup de chance, parce qu'effectivement, le monde est complexe, la société ne va pas toujours bien, on le voit. L'économie parallèle liée au trafic de drogue pèse sur tous les maires et exécutifs locaux. Tout cela est vrai, mais je n'éprouve pas de lassitude : c'est vraiment un bonheur que de vivre le mandat de maire.

Pour d'autres communes la souffrance des maires est réelle...

On peut en effet imaginer que dans de petites communes, ce soit très difficile quand il n'y a pas toutes ces équipes et tous ces collaborateurs mobilisés, ce qui n'est pas notre cas : nous sommes la deuxième ville de la Métropole. Mais il y a, à mon sens, une responsabilité à transmettre en termes de génération notamment.

"Le partage, c'est le plus beau cadeau"

Vous étiez maire depuis dix ans, mais aussi adjointe de Pierre Bourguignon, l'ancien maire, depuis 1989... 35 ans d'engagement à Sotteville.

C'est très important d'avoir été adjointe au maire avant d'embrasser le mandat de maire. C'est comme ça que nous nous formons et que nous acquérons l'expérience nécessaire.

Qu'est-ce que vous retenez de ces années passées au service de la ville ?

Ce que je retiens, c'est évidemment d'avoir fait vivre dans notre commune la mixité sociale, qui est assez aboutie. Nous avons sûrement commis des erreurs, nous ne sommes pas parfaits, nous restons modestes. Mais nous avons vraiment travaillé en équipe, ça, c'est une belle richesse. Moi, je ne sais pas comment faire autrement de toute façon ! Et puis cette équipe m'a beaucoup aidée à prendre les bonnes décisions aux bons moments.

Ce que je retiens le plus, c'est quand nous réussissons à faire en sorte qu'il y ait un partage entre nos concitoyens, quelle que soit leur génération, autour d'un spectacle de Viva Cité, autour d'une manifestation sportive, d'une réussite scolaire ou de vie associative... Que là, on se dépasse nous-mêmes, on fait vraiment sens, qu'on fait société ensemble. Ça, c'est le plus beau cadeau.

Propos recueillis par Béatrice Rabelle.