Loi travail : les opposants au texte annoncent une semaine chargée en manifestations

Publié le Mis à jour le
Écrit par DM avec l'Agence Normande d'Informations

Le retrait pur et simple du projet de loi travail reste le mot d'ordre des syndicats contestataires avec une semaine chargée en rendez-vous.

Manifestations au Havre

Après l'opération “Hôpital debout“ à l’hôpital Pierre Janet au Havre, hier après-midi (mardi 7 juin), une “action surprise“ devrait avoir lieu aujourd'hui, mercredi à partir de 4h30 au départ du siège des syndicats au cercle Franklin.

Une autre manifestation interprofessionnelle à l’appel de l'intersyndicale CGT, FO, Sud-Solidaires, FSU et UNEF est programmée « la veille de l’Euro » jeudi au Havre à partir de 10h30 toujours au départ de Franklin. L’Intersyndicale veut maintenir la pression alors que le projet de loi actuellement débattu au Sénat reviendra prochainement à l’Assemblée Nationale. "N’oublions pas qu’en 2006, le gouvernement a fini par reculer après l’adoption de la loi du CPE face à la puissance de la mobilisation", rappelle l’intersyndicale. 

L'industrie pétrolière encore touchée

Côté raffinage les unités de production restent à l’arrêt chez Total à Gonfreville-l’Ocher. Plusieurs livraisons de produits finis (bitumes, polymères…) ont été néanmoins réalisées ces derniers jours.

De son côté, en grève illimitée depuis le 24 mai, le personnel des terminaux pétroliers havrais (CIM) a reconduit lundi à 80%  et pour 48 heures le blocage des installations pétrolières du terminal. Depuis le 27 mai un service minimum est cependant assuré par les cadres de l’entreprise.

La CIM (280 salariés) traite 40%  du brut importé en France qu’elle livre aux raffineries Total de Gonfreville-l'Orcher et Grandpuits (Seine-et-Marne) et Exxon Mobil de Port-Jérôme. 



Hier 

Mardi matin, des barrages filtrants ont été dressés aux entrées de la Métropole de Rouen et en périphérie du Havre par des opposants à la loi travail entrainant d’importants bouchons. Sur les rails le trafic ferroviaire voyageurs est resté perturbé mardi. La direction annonçait un TER sur deux, un train Intercité sur deux entre Paris et Le Havre, six sur dix sur la ligne Paris Cherbourg et quatre sur dix entre Paris et Granville. Le TGV assurant normalement la liaison entre Le Havre et Marseille n’a pas desservi la gare du Havre. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité