Elections régionales : les réponses aux questions que vous vous posez pour la Normandie

Publié le Mis à jour le
Écrit par MR/PG

Dernier scrutin national avant l’élection présidentielle de 2017, les élections régionales sont un rendez-vous important pour votre quotidien. Au 1er janvier, nous parlerons d'une seule Normandie. Découvrez les principales réponses aux questions que vous vous posez sur ce scrutin.

Quand vote-t-on ?


Les élections régionales se dérouleront les dimanches 6 et 13 décembre 2015. Tous les bureaux de vote en Normandie fermeront à 18h00.

Si aucune liste n’obtient la majorité absolue lors du premier tour, un second tour est organisé. Seules les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages peuvent se maintenir, et une fusion avec les listes ayant obtenu au moins 5 % est possible. La liste qui obtient le plus grand nombre de voix obtient la prime majoritaire de 25 %. Le reste des sièges est réparti entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages. La liste arrivée en tête reçoit donc non seulement le nombre de sièges liés à son score mais aussi ceux de la prime majoritaire : elle est donc assurée de détenir la majorité au sein du conseil régional.

Les prochaines élections régionales auront lieu dans 6 ans.

Qui élit-on ?


102 élus vont représenter la Normandie, répartis par département proportionnellement au nombre d’habitants
  • Seine-Maritime : 41 élus
  • Calvados : 23 élus
  • Eure : 20 élus
  • Manche : 17
  • Orne : 11


La capitale de la future Normandie ?

La ville de Rouen a été choisie comme chef-lieu provisoire.
Le chef-lieu définitif sera fixé par un décret en Conseil d’État avant le 1er octobre 2016 après avis du conseil régional issu des élections régionales de décembre 2015. La loi prévoit que le nouveau conseil régional adopte, avant le 1er juillet 2016, une résolution unique dans laquelle il se prononce sur le nom définitif de la région, le chef-lieu définitif de la région, l’emplacement de l’hôtel de la région, les règles de détermination des lieux de réunion des différentes instances de la région et sur le programme de gestion des implantations immobilières de la région.

Le président du conseil régional de Normandie sera élu le 4 janvier 2016, à l’issue du premier tour, ou du second si nécessaire..

Les compétences du conseil régional


Les régions interviennent sur le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur, la gestion des lycées et les transports, y compris les transports scolaires à compter de 2017.
Elles peuvent aussi jouer un rôle de coordination de l’emploi et en matière d’environnement. La culture, les sports, le tourisme, l’éducation populaire et les langues régionales relèvent à la fois des régions et des départements. Tout comme certains ports.

Voter par procuration

Vacances, obligations professionnelles, raison de santé... autant de motifs qui peuvent empêcher un électeur de se rendre dans son bureau de vote. Avec le vote par procuration un électeur absent ou empêché peut se faire représenter par un électeur de son choix. Pour en savoir plus cliquez ici.

Les enjeux politiques en Normandie


Ils sont importants pour toutes les formations politiques sur la ligne de départ de ces élections qui seront les dernières à l’échelle du pays avant la présidentielle et les législatives en 2016. Elles précéderont également les primaires à droite et la désignation éventuelle du Président sortant à sa propre réélection.

Commençons par les candidatures de témoignage. Il est clair que les candidats présentés par « Nouvelle Donne » , « L’Union Populaire Républicaine » et « Lutte Ouvrière » ne se font pas trop d’illusion quant à leur possible maintien à un éventuel second tour qui nécessiterait pour leurs listes de dépasser les 10% des suffrages exprimés.
Une fusion avec d’autres listes qualifiées pour le second  tour impliquerait de dépasser les 5% des suffrages exprimés, ce qui est loin d’être facile dans le contexte politique actuel qui devrait se traduire à nouveau par un taux d’abstention record.

Ces élections régionales sont pour leurs représentants l’occasion de faire passer des messages.
Anticapitalistes pour Lutte Ouvrière seule représentante cette année de l’extrême gauche.
En faveur d’une gauche « différente » pour Nouvelle Donne dont la traduction anglaise n’est (volontairement) pas sans rappeler le new deal du Président Roosevelt durant la crise de 1929 au cours de laquelle furent lancé des grands travaux destinés à relancer l’activité économique.
L’UPR revendiquant enfin la sortie de l’euro et de la communauté européenne sous sa forme actuelle tout en réclamant un recours régulier au référendum d’initiative populaire.

A gauche

Le Front  de Gauche très critique avec le Gouvernement, (mais qui a toujours soutenu les majorités de gauche des 2 Conseils Régionaux de Basse et Haute Normandie),  au Parlement tentera de dépasser les 10% des suffrages exprimés ce qui lui permettrait d’entamer les négociations, en vue d’un 2ème tour éventuel, en position de force relative.
Europe Ecologie Les Verts tentera pour sa part de dépasser les 5% des voix. Ce qui ne semble pas être acquis si l’on en croit les derniers sondages.
Pour le PS, le PRG et les divers Gauche emmenés par Nicolas Mayer Rossignol la victoire ne peut passer que par un accord avec le Front de Gauche et EELV à conditions que les reports de voix s’effectuent dans les meilleures conditions en cas de 2ème tour.

A droite

Cette élection s’annonce plus difficile que prévu si l’on en croit, là encore, les derniers sondages. Hervé Morin et ses colistiers se sont lancés dans une accélération de leur  campagne à quelques jours du premier tour pour contrecarrer ce que certains parmi eux considèrent comme un « effet Hollande » suite aux attentats de ces dernières semaines et au cœur d’un débat régional qui s’en est trouvé quelque peu escamoté.

Le Front National

La poussée forte et régulière du FN, d’après les derniers sondages, provoque chez les adversaires de Nicolas Bay et ses colistiers sinon un mouvement de panique, du moins une inquiétude teintée de fébrilité. Le FN bénéficie indéniablement des attentats de Paris sur l’air de "On vous l’avait bien dit".
Pour autant si la liste du Front National arrive en tête au 1er ou au 2ème tour (au cas où), il sera très difficile pour ses élus de gouverner une région sans majorité absolue et sans alliances possibles  avec la gauche ou la droite.