Un homme décède des suites d’une agression près de Rouen

© France 3
© France 3

Poursuivi après une bagarre dans un bar, un habitant de Notre-Dame de Bondeville avait été roué de coups

Par Richard Plumet

Les faits remontent à vendredi dernier (11 mai 2018) quand, tard dans la soirée, une dispute éclate dans un bar de Maromme, à quelques kilomètres au nord-ouest de Rouen. Un des consommateurs est frappé par deux individus. A 2 heures du matin, à la fermeture du bar, l’homme qui a reçu des coups, appelle sa femme pour qu’elle vienne le chercher.

Poursuivis sur le chemin de leur domicile

Le couple monte en voiture et se dirige vers Notre-Dame de Bondeville, la commune voisine.  Mais avant d’arriver à leur domicile, l’homme et la femme constatent qu’une voiture les suit et leur fait des appels de phare. Ils ralentissent pour laisser passer cette voiture, puis s’arrêtent. La voiture les double et stoppe un peu plus loin.

Deux hommes en descendent. Alors que la femme reste prudemment à l’intérieur de sa voiture, son compagnon descend à son tour. Une rixe éclate : les deux agresseurs donnent de nombreux et violents coups à l’homme qui finit par chuter au sol, sa tête heurtant le trottoir.
Pendant que les deux individus remontent en voiture et prennent la fuite, la femme de la victime appelle les secours.

Pronostic vital engagé

Sapeurs-pompiers et équipe médicale du SAMU arrivent rapidement sur place pour prendre en charge la victime, un homme âgé de 58 ans. Son état est grave et son pronostic vital engagé. Il est transporté au CHU de Rouen. La police effectue les premières constatations. Des techniciens de l’identité judiciaire procèdent à des relevés de traces et d’indices.

Un suspect en garde à vue

La victime décède de ses blessures le lendemain matin (dimanche 13 mai) à l’hôpital.

Pendant ce temps, les hommes de la brigade criminelle de la Sûreté départementale de Seine-Maritime qui ont débuté leur enquête, ont identifié un suspect.

Un homme de 22 ans qui est finalement localisé et interpellé dans la journée. Ce lundi matin, cet agresseur présumé était toujours en garde à vue pour violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort…

A lire aussi

Sur le même sujet

Caen: Deux jours après la rentrée, le lycée Malherbe déjà bloqué

Les + Lus