• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Incendie du Cuba Libre à Rouen : le témoignage du père d’une victime

La stèle en hommage aux 14 victimes du Cuba Libre, édifiée à l'automne 2018 / © Sylvie Callier
La stèle en hommage aux 14 victimes du Cuba Libre, édifiée à l'automne 2018 / © Sylvie Callier

Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, Johnny Autin a perdu sa fille unique de 20 ans, Mégane, dans l’incendie du Cuba Libre. Il revient sur le drame et nous fait part de ses attentes avant le procès qui débute en Correctionnel à Rouen le lundi 9 septembre.

Par MF

Il a fait tatouer sur sa peau le nom de sa fille.

C’est la seule façon de l’avoir encore en moi et dans mon cœur. Johnny Autin.

Ce père de famille de 53 ans, domicilé à Tourville-sur-Arques, près de Dieppe, a perdu sa fille unique, Mégane, 20 ans dans le drame du Cuba Libre.

La jeune fille venait de terminer ses études d’assistante sociale à Rouen et vivait chez les parents de son petit copain, lui aussi décédé dans le drame.
 
Regardez le témoignage de Johnny Autin, recueilli par Frédéric Nicolas, Véronique Arnould et Bruno Delande (montage Eric Tavennec)
 
TÉMOIGNAGE. Père d'une victime de l'incendie du Cuba Libre
 

Quand je suis arrivé à l'hopîtal Charles Nicolle, je ne savais pas si ma fille était vivante ou morte. C'est l'horreur, on devenait fou, plus le temps passait plus on devenait fou. La police est arrivée, ils nous ont réuni dans une salle, ils nous ont montré des objets des victimes et j'ai reconnu les bijoux de ma fille. A ce moment là, j'ai compris que tout était fini.  Johnny Autin, père d'une victime

Mégane fait partie des 14 victimes du Cuba Libre. 13 personnes sont décédées dans la nuit du 5 au 6 août 2016 dans la cave de ce bar de la rive gauche de Rouen. Le 1er septembre, une quatorzième jeune femme décèdera à Paris à l’Hôpital-Saint-Louis des suites de ses brûlures.

On va arriver soudés main dans la main. C’est une grande famille qui va faire face aux responsables. Johnny Autin, père d'une victime

Johnny Autin attend avec impatience le procès pour avoir en face le gérant et le propriétaire du Cuba Libre, deux frères de 40 et 48 ans qui comparaissent pour « homicide et blessures involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ».

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Il y a 110 000 ans cette plage était une steppe

Les + Lus