Rouen: Alex témoigne de sa vie à la rue, puis de sa renaissance

Un accident de la vie comme on dit pudiquement, a fait chuté Alex. Il a passé un an dans les rues de Rouen, jusqu'à ce qu'une association lui tende la main. Il nous a raconté sa descente aux enfers qui s'est arrêtée quand il a retrouvé un toît.

© F.Pesquet, Ftv

Alex nous a donné rendez-vous sous le pont Corneille, face au mur contre lequel il a passé ses premières nuits à la rue. Voilà longtemps qu'il n'était pas revenu sur ces lieux, et l'homme de 43 ans est un peu bouleversé de replonger dans cette partie si triste de sa vie. Alex a vécu dans les rues de Rouen pendant 10 mois, entre juillet 2019 et mars 2020. 

Dormir sous les ponts

"J'étais pas revenu là depuis longtemps -sous le Pont Corneille-, ça fait quelque chose oui, parce que j'ai dormi là. Je voulais un endroit au calme, il y avait un peu de verdure. Je suis venu ici sans trop savoir pourquoi...la première nuit j'ai dormi à même le sol, sans rien, juste avec un manteau, c'est tout. Les premières fois tu dors pas bien, au moindre bruit tu te réveilles" se souvient Alex.

Personne n'est prédestiné à vivre dans la rue. Alex ne pensait pas qu'un telle chose pouvait lui arriver. Même si sa vie ne fut pas toujours joyeuse, il était inséré socialement et gagnait correctement sa vie. C'est une dépression qui le fit plonger dans les abîmes, ue saleté de tristesse qui vous fait perdre le goût de la vie. Alex perd aussi son emploi, et ne trouve alors personne pour le soutenir.

Témoignage d'Alex ancien sans abri de Rouen ©FTV

"J'ai perdu mon père quand j'avais 20 ans, et depuis ça a été comme ça, nous explique Alex en mimant des hauts et des bas. En fait il s'est suicidé et j'ai jamais compris pourquoi...je m'en suis voulu."

"Ca a commencé par une dépression en 2018. J'ai perdu mon boulot alors que je gagnais bien, je pouvais plus payer mon loyer, je ne pouvais même plus manger ou fumer...je suis parti du jour au lendemain sans prévenir personne. La famille les amis, c'est là qu'on se rend compte que quand ça va tant mieux, quand ça va pas bah...y'a personne". Personne ne lui a tendu la main à cette période, pas même sa plus proche famille. "Quand tu réalises que tu ne peux pas compter sur ta mère, ouais là ça fait mal".

Un livre pour s'échapper

Quand on vit à la rue, les journéees sont longues et désoeuvrées. "Je marchais, je zonais, je savais pas quoi faire de mes dix doigts. C'était long, très long".

Alex est devenu un de ces invisibles qui peuplent les rues, infréquentable aux yeux de la société. Ils sont des dizaines dans les rues de Rouen à vivre avec leur solitude et leurs angoisses à affronter. Alex n'a pas sombré dans l'alcool. Il a trouvé l'ivresse dans les livres.

"J'aimais lire, et j'ai encore plus aimé lire quand j'étais à la rue, ça me permettait de m'évader, de penser à autre chose que mes soucis. J'avais toujours un livre à la main. C'est pour ça que j'aimais venir dans cette librairie du centre ville".

Retrouver un toît 

Depuis un an, Alex est sorti de la rue grâce à l'aide de l'association "Un toît vers l'emploi" qui lui a trouvé un logement. Une "tiny house", ou petite maison en bois posée au pied d'un groupe d'immeubles, une maison pour lui tout seul, dont il a enfin la clé. Un toît pour une nouvelle vie, préalabe indispensable pour aller mieux.

"Quand j'ai eu la clé, j'ai versé ma petite larme, ouahh j'ai la clé de chez moi !! C'était le 6 mars 2020, je m'en souviendrais toujours. Aujourd'hui je sais où je vais dormir en rentrant le soir, je sais que je vais pouvoir me laver, manger et être au chaud. Des choses essentielles. Un toît ça change tout, ça sauve une vie. Sans ce logement je serais peut-être mort sous un pont".

Aujourd'hui Alex suit une formation, en vue de son retour à l'emploi. Dorénavant Alex souhaite faire de son parcours cahotique une force pour aider les autres sans abri, ceux qui dormiront ce soir dans la froideur des rues de la ville.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
témoignage société sdf