“Si il faut un rapport de force, on est prêts” : Nouveau conflit au centre hospitalier du Rouvray près de Rouen

Archives : Juin 2018, lorsque 7 salariés étaient en grève de la faim pour demander plus de moyens. / © France 3 Normandie
Archives : Juin 2018, lorsque 7 salariés étaient en grève de la faim pour demander plus de moyens. / © France 3 Normandie

Après 4 mois de mobilisation, manifestations et 18 jours de grève de la faim, les salariés du centre hospitalier du Rouvray dans l'agglomération rouennaise avaient obtenu en juin 2018 la création de nouveaux postes, un protocole qu'ils dénoncent aujourd'hui, un appel à la grève illimitée est lancé. 

Par Véronique Arnould

Ce jeudi 19 septembre 2019, les salariés du centre hospitalier du Rouvray situé à Sotteville-lès-Rouen se réuniront en Assemblée générale pour décider des actions à venir. En cause ? Le non-respect selon les syndicats, du protocole signé le 29 juin 2018 après plusieurs mois de bras de fer entre direction et personnel.

En mars 2018, les syndicats lançaient des journées de mobilisations et de manifestations pour obtenir plus de postes et répondre à à la souffrance au travail d'une partie du personnel. Les soignants évoquent alors des conditions d'accueil difficiles pour les patients atteints de troubles psychiatriques, ils dénonceront l'installation de lits de fortune dans des lieux inappropriés pour assurer un suivi correct.
 

Certains salariés iront jusqu'à la grève de la faim, pendant 18 jours, ils seront alors accompagnés d'une grande partie du personnel pour les soutenir.
 

En juin 2018, un protocole de sortie de grève était signé avec notamment l'Agence Régionale de Santé, pour octroyer 30 postes supplémentaires.
Plus d'un an après, des représentants de la CFDT, de la CGT et de SUD dénoncent le non-respect de ce protocole. Pour eux, la direction a bien embauché 20 personnes mais ces nouveaux postes seraient pour la plupart des remplacements de départs à la retraite.

Ce qui se passe, c'est scandaleux, on obtient des postes mais c'est juste pour remplacer des départs. Il y a toujours des patients âgés de 16 ans dans des locaux pour adultes, en fait ... rien n'a changé. Si il faut rentrer dans un rapport de force, on est prêts - Jean-François Herment, représentant CFDT Centre hospitalier du Rouvray.

Les représentants syndicaux se disent prêts à de nouvelles actions "radicales", et annoncent d'ores et déjà qu'ils auront recours à toutes les voies possibles, comme celle du Tribunal Administratif par exemple.

De son côté, la direction annonce le recrutement de 20 postes, les 10 autres restant à financer par l'ARS. Elle évoque également des "divergences d'interprétation entre la Direction et les syndicats".

La Direction confirme donc que l’objectif intermédiaire de 440 postes financés est largement atteint par le niveau d’effectif à fin août, soit 463 postes rémunérés, donc bien au-delà des possibilités budgétaires de l’hôpital - Communiqué de presse du 18 septembre 2019.

Ce communiqué évoque également une réunion à venir pour préparer un projet d'hospitalisation des mineurs, ce plan sera présenté le 4 octobre à l'agence régionale de santé. Quant au dialogue social, la Direction annonce la tenue de rencontres mensuelles "afin d'évoquer plus fréquemment les sujets d'actualité".
 

Soins psychiatriques :Vers un nouveau conflit à l'hôpital du Rouvray près de Rouen ?
Après un gros bras de fer au printemps 2018, les syndicats d el'hôpital du Rouvray appellent à une nouvelle grève illimitée pour obtenir plus de postes au centre hospitalier.


 



 

Sur le même sujet

Festival Ouest Park au Havre

Les + Lus