Tétraplégique, Gauthier fait appel aux assurances pour pouvoir reconstruire sa vie

Gauthier Deconihout. / © Bruno Belamri
Gauthier Deconihout. / © Bruno Belamri

Gauthier Deconihout est tétraplégique depuis une grave chute lors du "no-limit day", événement organisé par le golf de Bois-Guillaume en octobre 2016. Toujours sans nouvelles des assurances, il demande une avance sur ses indemnisations pour pouvoir quitter l'hôpital.

Par Simon Auffret

Le 16 octobre 2016, Gauthier Deconihout participe au "No-limit day", organisé par le golf de Bois-Guillaume, près de Rouen. Un des obstacles de ce parcours du combattant, appelé le "water jump", est un toboggan se terminant par un plongeon dans un bassin d'eau.

Comme plusieurs dizaines de participants, Gauthier Deconihout se lance la tête la première dans la descente. Mais sa chute a des conséquences beaucoup plus importantes. "Par rapport à la chute de 4 mètres, je fais déjà 1,87 m", explique aujourd'hui Gauthier. "80 cm de profondeur, ce n'était pas possible".

Gravement blessé, il est diagnostiqué tétraplégique et ventilo-dépendant quelques jours plus tard. Il ne peut donc plus bouger ses membres, et a besoin d'une assistance respiratoire.

Aujourd'hui, Gauthier est encore à l'hôpital. Les fondations de sa maison étaient en cours de construction lors de son accident. Le coût estimé pour adapter le bâtiment à son handicap est de 250 000 €.  "On a hâte, pour essayer de se reconstruire", raconte sa femme, Annabelle, en évoquant une installation dans la maison.

Mais les procédures auprès des assurances n'avancent pas. La compagnie assurant l'événement, Generali, n'a pour l'instant pas réagi à la transmission des éléments du dossier, notamment les conclusions de l'enquête de police.

"Dans l'intérêt de Gauthier, il faut avancer", lance Marc Absire, son avocat, qui a initié une procédure devant le juge des référés pour demander une avance sur les indemnisations. "J'attends un geste", insiste-t-il. Plusieurs centaines de milliers d'euros seraient nécessaires.

Les représentants de Generali n'ont pas apporté de réponses à nos demandes d'entretien pour ce reportage. L'avocat du golf, Guillaume Lecouturier, a lui expliqué que "tout le monde aurait à gagner à ce que Generali fasse le geste, de débloquer au moins une partie de ce qui de toute façon sera dûe à la fin du procès".

Le juge des référés devaient statuer aujourd'hui (17/08/2017) sur le dossier, qui a finalement été renvoyé au 28 septembre prochain.

Un reportage de Béatrice Rabelle, Bruno Belamri, Bruno Delande et Pascal Ngankam. Avec comme interlocuteurs :
  • Gauthier Deconihout
  • Annabelle Deconihout
  • Marc Absire, avocat de Gauthier Deconihout
  • Guillaume Lecouturier, avocat du gold de Bois-Guillaume


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Festival Ouest Park au Havre

Les + Lus