Cigarettes contrefaites : ce que l'on sait du démantèlement de la plus grande usine jamais vue en France

Plus de 100 tonnes de produits dont la moitié de cigarettes ont été saisies dans une fabrique clandestine à Saint-Aubin-lès-Elbeuf près de Rouen. La valeur du tabac contrefait est estimée à 13,7 millions d'euros. Neuf personnes, toutes de nationalité étrangère et principalement moldaves, ont été interpellées et placées en garde à vue. On fait le point.

"Comment j’ai pu ne rien voir ?", s’étonne encore Karine Bendjebara-Blais, la maire (SE) de Saint-Aubin-lès-Elbeuf. L'édile n'est pas la seule à se poser la question. Le trafic passait, il est vrai, totalement inaperçu dans le banal décor de la zone industrielle de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, une commune de 8 000 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Rouen (Seine-Maritime). "L’entrepôt désaffecté était à proximité de plusieurs entreprises qui généraient beaucoup de trafic routier, donc un camion de plus ou de moins, ça ne se voyait pas", poursuit Karine Bendjebara-Blais.

L’enquête va finalement débuter après un renseignement transmis en fin d’année dernière par Europol. Les gendarmes de la section de recherches de Rouen sont en alerte. Pendant quatre semaines, les militaires vont enquêter et surveiller les allées et venues de plusieurs semi-remorques de 38 tonnes sur la zone industrielle. Ils comprennent rapidement que le ballet des camions cache une activité illicite. Ils n’ont pourtant aucune idée de ce qui les attend. Le jeudi 12 janvier dernier à 18h00, une soixantaine de gendarmes investissent les lieux. Surpris en flagrant délit, les trafiquants n’opposent aucune résistance.

Il y en avait pour près de 14 millions d'euros !

La découverte est de taille. Les gendarmes viennent de mettre la main sur plus de 100 tonnes de produits contrefaits, dont 55 tonnes de cigarettes, 50 tonnes d’étiquettes et de filtres. Mais aussi 18 tonnes de résidus de tabac et de déchets de cigarettes. La valeur de la marchandise est évaluée à plus de 13,7 millions d’euros ! La plus importante fabrique de cigarettes de contrefaçon jamais vue en France vient d’être démantelée.

Les gendarmes rouennais vont alors découvrir une véritable usine intégrée. Le site était composé de trois zones. "Une première zone de production de tabac, une autre de stockage et de conditionnement des cigarettes contrefaites et enfin zone de vie pour la logistique", énumère le colonel Thierry Jourdren qui commande la section de recherches de Rouen. "Un dortoir équipé d’une quinzaine de couchages, un coin cuisine, un coin repas et un espace détente permettaient aux malfaiteurs de vivre en totale autonomie. Ils n’avaient aucun contact avec l’extérieur", explique le militaire.

L’ensemble des produits saisis a été immédiatement détruit de même que les machines de production. Les gendarmes ont également saisi deux tracteurs et semi-remorques de 38 tonnes, des élévateurs, des transpalettes, de l'outillage, des appareils électroménagers et une tonne de denrées alimentaires qui a été donnée à la banque alimentaire.

Neuf personnes, pour la plupart moldaves, ont été interpellées

Neuf personnes, âgées de 21 à 55 ans, toutes de nationalité étrangère, ont été interpellées et placées en garde à vue. La majorité d’entre elles sont de nationalité moldave, quelques-unes sont grecques. Toutes ont été mises en examen dimanche à Paris notamment pour détention en bande organisée de marchandises contrefaites, importation en contrebande et en bande organisée de produits de tabac manufacturé et de marchandise présentée sous une marque contrefaite, selon une source judiciaire. Quatre ont été placés en détention provisoire, les cinq autres sous contrôle judiciaire.

En raison de l’ampleur de ce trafic international, le parquet de Rouen s’est dessaisi au profit de la Junalco (juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée) de Paris. Depuis plusieurs années, le trafic de cigarettes contrefaites explose en France. Et on comprend pourquoi. "Notre pays est le premier consommateur de tabac en Europe de l’Ouest. Les filières des pays de l'Est vise la France car les profits sont colossaux", explique le colonel Thierry Jourdren. En 2020, plus de 284 tonnes de tabac de contrefaçon avait été saisies. C’est plus de 600 tonnes sur les dix premiers mois de 2022. Avec la saisie de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, l’année 2023 pourrait battre des records.