Vers un boom des mariages en Normandie ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed

Les deux dernières années de mesures sanitaires restrictives liées à la covid-19 ont impacté à la baisse le nombre de mariages célébrés. Or, l’année 2022 promet d’être une année de célébration nuptiale. Entre les reports et les mariages programmés cette année, les mairies vont être prises d’assaut. Illustration à Caen ce samedi 18 juin.

"On devait se marier l’année dernière et on a repoussé. On a choisi la date de juin parce qu’on espérait qu’il fasse beau", explique cette jeune mariée tout sourire. Quelques minutes auparavant, émue, elle s’unissait à son compagnon, comme des centaines de milliers d’autres couples. Selon l’Insee, en moyenne, 230 000 d’entre eux se disent oui chaque année en France (hors crise sanitaire).

En 2022, le nombre de mariés devrait encore être plus élevé : selon l’Assocem, l’association des consultants en mariages, près la moitié des unions reportées en raison de la crise sanitaire auront lieu ces prochains mois. Soit environ 200 000 événements en France, auxquels s’ajoutent les mariages de l’année 2022.

Une baisse record des mariages en 2020

Durant deux ans, à cause des restrictions sanitaires liées à la pandémie de covid-19, de nombreux mariage ont été annulés ou repoussés. Si depuis les années 2000 le nombre d'unions baisse quasi continuellement, la chute constatée en 2020 est inédite de -31,2%. En Normandie, la baisse est même plus forte que la moyenne nationale puisqu’elle a été de 39,6%. Au total, moins de 7 300 mariages ont été célébrés dans notre région. 

Mais preuve que cette tradition reste importante pour les Français, en 2021, le rebond a été colossal avec +42% de mariages célébrés. Cette année, plus aucune restriction n’est imposée pour les cérémonies. La hausse risque d’être encore plus élevée. Ce qui n’est pas pour déplaire à Emmanuelle Dormoy, élue caennaise, en charge des mariages ce samedi 18 juin à la mairie de Caen. Si les cérémonies s’enchaînent, avec seulement 15 minutes à consacrer à chaque couple, le plaisir, lui, reste intact.

À la fin de la journée, je suis toujours très étonnée de repartir avec le sourire. On partage dans un temps très concentré des petites histoires de vie et généralement les gens sont heureux et ça fait toujours plaisir entre les mariés qui ont une larme, les parents qui sont émus. C’est toujours un moment de vie très agréable.

Emmanuelle Dormoy, adjointe à la mairie de Caen

France 3 Normandie

Ce samedi, ce sont 11 mariages qui ont lieu. Ce sera plus du double la semaine prochaine. "Les mariages s’intensifient sur la période du printemps jusqu’au début de l’automne. Ce sont des samedis bien remplis", renchérit-elle.

Alors, pour gérer cet emploi du temps serré, l’organisation est essentielle. "On essaie de faire un petit mot d’accueil pour marquer le fait que c’est quand même une journée particulière. Ensuite, on procède à la lecture des textes obligatoires qui se répartissent entre l’élu et l’agent de l’état civil qui lit une partie du contrat de mariage, l’échange des consentements et après un petit mot. J’accompagne les futurs mariés dans le cloître qui est un beau lieu pour les photos et les souvenirs. On a un huissier à l’accueil qui prépare les gens, qui ressortent de l’autre côté, on a tout un sens de circulation pour éviter de créer les embouteillages, tout est très fluide", détaille l’élue.

Autre évolution de la pratique : l’âge des mariés. Les couples s’unissent de plus en plus tard. Au sein d'un couple hétérosexuel, l’âge moyen de la mariée, en 2021 est de 36,6 ans contre 31 ans en 2000. Il est de 39,1 ans pour les hommes, contre 33,6 ans en 2000. Du côté des couples homosexuels - qui ne peuvent s’unir que depuis 2013 - la tendance est inverse puisqu'ils se marient plus tôt en 2021 qu’en 2013 : les femmes se marient en moyenne vers 37,2 ans et les hommes à 44 ans.