Guerre en Ukraine : parti d'Yvetot chargé de dons, un car va revenir avec des réfugiés

Publié le Mis à jour le

Des volontaires de l’association sociale et culturelle de la région d’Yvetot (Seine-Maritime) et la députée Stéphanie Kerbarh se sont rendus à la frontière ukrainienne pour déposer des dons. Ils seront de retour lundi 14 mars 2022, avec 29 réfugiés.

Ils sont partis avec 8 m3 de dons, ils reviendront avec 29 réfugiés. Mercredi 9 mars 2022, des membres de l’association sociale et culturelle de la région d’Yvetot, près de Rouen, et la députée Stéphanie Kerbarh ont pris la direction de la Pologne, à la frontière ukrainienne, à bord d’un car généreusement prêté par la société Hangard. 

“Nous sommes partis d’Yvetot à 5h30 et nous avons parcouru 2.000 kilomètres pour rejoindre la frontière”, nous explique notre confrère Stéphane Salzmann (ancien collaborateur des antennes de France 3 Normandie et de France Bleu) à l’initiative du projet. Un projet qu'il a monté avec son ami Geoffroy Sery, agriculteur à Ancourteville-sur-Héricourt et acteur dans la film L'Albatros, film de Xavier Beauvois. Son père est le président de l'association sociale et culturelle de la région d’Yvetot.

L’idée de base, c’était de partir à la frontière pour ramener des réfugiés. Mais ça n’avait pas de sens de partir à vide donc nous avons cherché à récupérer des dons.

Stéphane Salzmann

Résultat, c’est un car de 55 places, rempli de 10 tonnes de première nécessité qui a pris le départ de l’entreprise Hangard mercredi. Des dons récoltés un peu partout dans le département : Le Havre, Fécamp, Yvetot… "On a aussi fait un stop à côté de Liège, en Belgique, pour récupérer d'autres dons."

Jeudi 10 mars, première étape du périple. Après 2.000 kilomètres parcourus, les volontaires arrivent en Pologne, à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne, au  cœur de la communauté Emmaüs international de Rzeszów pour décharger les dons. "16 compagnons de la communauté nous attendaient malgré notre retard. En seulement 15 minutes, ils ont tout déchargé !"

Stéphane Salzmann raconte le périple dans un carnet de bord sur sa page Facebook.

 

Le lendemain, Stéphane Salzmann et les autres volontaires se rendent au premier centre de réfugiés à 1km de la frontière, pour récupérer les premier réfugiés. "C'était une sorte d'immense centre-commercial au milieu de nulle part. Toutes les allées étaient remplies à craquer par des milliers de lits de camps. L'endroit est tenu par des volontaires", nous explique le journaliste. "C'est très encadré, j'étais impressionné."

Tous les gens qui sont ici sont de réels traumatisés de guerre.

Stéphane Salzmann

29 réfugiés accueillis dans des familles normandes

Dans la nuit de vendredi à samedi, les volontaires étaient à la gare de Cracovie pour attendre d'autre réfugiés qui monteront à bord du car. Les réfugiés ont afflué la nuit et au petit matin. Ils seront 29 à rejoindre la Normandie. "Ce sont surtout des femmes seules avec des enfants. Les hommes de 18 à 60 ans n'ont pas le droit de quitter le territoire, ils sont mobilisés pour la guerre." Il y a tout de même cinq hommes : deux personnes âgées et trois jeunes garçons de 16-17 ans.

Mais alors qu'ils devaient repartir ce samedi matin à 9h, une famille manque à l'appel. "Elles s'est retrouvée en panique, bloquée dans un train en panne. 4h30 de retard, changement train etc... certains de nos passagers sont sur la route depuis 4 jours, ils n’en peuvent plus. Et pourtant, à l’unanimité, tous les passagers sans hésiter, ont accepté d'attendre leurs compatriotes."

Le train finit par arriver, volontaires et réfugiés peuvent enfin quitter la Pologne. Les animaux ayant désormais le droit de quitter le territoire, un chat et un chien sont également du voyage.

Le retour à Yvetot est prévu ce lundi 14 mars 2022 vers 12h. Les réfugiés ukrainiens seront hébergés par une dizaine de familles d'accueil. "Les services de la préfecture travaillent sur des modes d’insertions ou avec des associations. On prend aussi beaucoup de conseils auprès de l'association "Welcome Rouen Metropole", qui a une très forte expérience depuis 2015 sur l’accueil des migrants. 

Les équipes de France 3 Normandie iront à leur rencontre.