SNCF en Normandie : un bilan 2020 sur les bons rails

Les attentes étaient nombreuses hier matin autour du premier bilan de l'année pour SNCF en Normandie. L'occasion de faire le point sur les retards, les dysfonctionnements et l'accompagnement des usagers. Hervé Morin, président de la Région Normandie recevait Jean-Pierre Farandou, président de SNCF.

Arriver à l’heure, c’est la priorité du groupe SNCF en Normandie. Jusque-là, dysfonctionnements et incidents multipliaient les retards quasi-quotidiennement. Une routine insupportable pour Karine Courteaud, présidente de l'assocation des usagers du rail normand.

Ca fait plusieurs mois qu'on a des trains en moins sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre. Les personnes qui travaillent en Ile-de-France ont l'obligation de s'adapter, au point d'arriver des heures en avance.

Karine Courteaud, présidente de l'association des usagers du rail normand

Après des mois de plainte et de multiples coups de poing sur la table d'Hervé Morin, président de la Région Normandie, le groupe SNCF a dû trouver des solutions. Et les efforts ont payé. En novembre dernier, soutenu par la région, un contrat d’engagements de 340 millions d’euros sur deux ans avait été signé par SNCF Réseau visant à réduire de 35% leur part de responsabilité dans le retard des trains. Le premier bilan était dressé hier. 

Des trains à l'heure ? 

Comme le dit l'adage, les hommes mentent mais pas les chiffres. Et le groupe SNCF en a amené un paquet pour démontrer les progrès réalisés ces trois derniers mois. En ligne de mire : la ponctualité des trains Nomad entre Paris et la Normandie. Des arrivées à l'heure qui pointaient à 86% en octobre 2020 et qui est passé à plus de 93% en ce début février. Et le progrès ne s'arrête pas là. 

 

La ponctualité à l’arrivée des trains de Paris vers la Normandie a nettement progressé passant de 74.8% en octobre 2020 à 88.4% en janvier 2021.

Groupe SNCF

Fière du travail commun réalisé avec le groupe ferroviaire, la Région Normandie s'en félicite. 

Et les retards pour cause technique ? 

Si le groupe SNCF est blâmé pour de nombreux trains qui n'arrivent pas à l'heure, le président de la Région Normandie insiste sur un point : tout n'est pas dépendant de leur volonté. 

Un sanglier qui traverse la voie, un arbre qui tombe sur les rails, un bagage laissé seul... Tout n'est pas forcément du ressort de SNCF, ce sont souvent des raisons exogènes qui causent des retards ou des suppressions de train.

Hervé Morin, président de la Région Normandie

Et pour éviter les chutes de branches qui paralysent les lignes, 5 400 arbres ont été abattus en 2020. Résultat : une réduction de 63 % du nombre d’incidents liés à la végétation sur novembre-décembre 2020 par rapport à la même période en 2019. Cette année, plus de 8000 arbres devraient être abattus. 

SNCF en Normandie : un bilan sur les bons rails

Enfin pour compenser le retard de livraison des rames Omneo par le constructeur Bombardier Transport, SNCF Voyageurs tente de trouver des solutions pour assurer un trafic quasi-normal. 

- Mise en circulation d’une rame TGV entre Paris et Le Havre en novembre, une première en France 

- Mise à disposition de rames supplémentaires : 6 rames Coradia Liner et 2 rames Régiolis

- Prolongation de la mise en circulation de voitures et locomotives Corail au-delà des délais prévus

- Remise à niveau de la flotte des matériels TER2NNG afin d’en accroitre la disponibilité.

Groupe SNCF

Mieux accompagner les usagers 

Si les retards et annulations persistent, à moins grande échelle certes, la communication semble être l'un des objectifs principaux de SNCF et de la Région Normandie. Car des plaintes et des demandes d'explication, ça se gère. Et ce n'est pas ce qui manque sur les réseaux sociaux. 

Une information directe, accessible en ligne et qui permet surtout une intéraction avec ses voyageurs. A cela, se sont ajoutés des écrans plus visibles dans les gares de Rouen et Vernon facilitant l'accès aux informations.

On a renforcé nos exigences dans l'accompagnement de nos usagers, que ça soit en gare ou en ligne. Nous réfléchissons à la mise en place d'un point d'information encore plus efficace dans les prochains mois.

Jean-Pierre Farandou, président de SNCF

Un bilan qui semble donc en bonne voie et qui, on l'espère, ne devrait pas prendre de retard. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports région normandie politique fusion des régions réforme territoriale