“Reclus de Monflanquin” : la chronologie des faits

La famille de Védrines. / © France 3 Aquitaine
La famille de Védrines. / © France 3 Aquitaine

La famille de Védrines attire l'oeil de la presse depuis maintenant plusieurs années. Cette riche famille bordelaise composée de 11 personnes a été vitcime d'un gourou, Thierry Tilly, jugé jusqu'au 5 octobre. Retour sur les faits.

Par Sarah Rebouh

La presse les a surnommé "les reclus de Monflanquin". Pour cause, cette famille bourgeoise de Bordeaux est restée enfermée dans le château familial du Lot-et-Garonne durant de nombreuses années à l'abri des regards mais sous l'emprise d'un homme : Thierry Tilly. Jean Marchand, Ghislaine de Védrines et leurs deux enfants, mais aussi ses beaux-frères, leurs compagnes, trois de ses neveux et sa belle-mère sont tombés dans le piège d'un homme sans scrupule. 

♦ 1999

C'est en 1999 que la famille de Védrines rencontre Thierry Tilly à Paris, par l'intermédiaire de Ghislaine qui dirige alors une école parisienne de secrétariat. Thierry Tilly se présente comme agent secret et vente l'obtention de nombreux diplômes en marketing, droit, gestion, développement et assure qu'il a fait "carrière au sein de grands organismes internationaux comme l'ONU ou l'OTAN, il s'est imposé comme conseiller en stratégie auprès des de Védrines" comme le rapporte Lemonde.fr.

Ghislaine de Védrines et son avocat lors du procès en cours. / © PIERRE ANDRIEU / AFP
Ghislaine de Védrines et son avocat lors du procès en cours. / © PIERRE ANDRIEU / AFP

♦ 2001

C'est en 2001 que la famille se retire dans le chateau familial de Monflanquin sur les conseils de Thierry Tilly. Jean Marchand qui voit clair dans le jeu du gourou présumé est expulsé de la maison par son épouse Ghislaine et ses deux frères, Charles-Henry et Philippe, eux-aussi sous l'emprise de Tilly.

"Il m'a parlé d'intelligence économique mais ce qu'il en disait ne collait pas. Et puis surtout (...) il m'a dit qu'il était agent secret... C'était terminé ! J'ai fermé les écoutilles" nous confiait plus tard Jean Marchand, époux de Ghislaine. Les de Védrines changent les serrures et les comptes bancaires de Jean sont vidés. Thierry Tilly convainc la fraterie de céder leurs biens et de vivre enfermés, pour échapper à ce qu'il définit comme un complot.

♦ 2004

La famille se dessaisit de tous ses biens au bénéfice de Thierry Tilly qui accentue son emprise sur ses membres. Les meubles du château de Martel, résidence de Monflanquin, sont vendus au profit du fisc. Parallèlement, Philippe de Védrines, beau-frère de Ghislaine, remet à Tilly le montant de ses retraites d'ancien cadre chez Elf. En juillet, les jeunes de la famille de Védrines sont envoyés à Londres. Trois d'entre eux se retrouvent entassés dans un appartement proche de l'ambassade des Etats-Unis. De fortes sommes d'argent sont régulièrement données à Thierry Tilly.

♦ 2006

Jean Marchand, exclu dès le début de cette organisation sectaire, remue ciel et terre pour faire sortir sa femme et ses enfants des filets du "gourou". Il s'entoure de l'avocat Me Daniel Picotin, spécialiste des sectes et espère être enfin pris au sérieux par la justice. Christine de Védrines, belle soeur de Ghislaine, a confié lors du procès que le "gourou" a su "se montrer très convaincant entre 2006 et 2008 et lui a fait croire qu'elle était dépositaire d'un trésor confié à ses ancêtres" comme le rapporte l'Express.fr.

Jean Marchand a su échapper à Thierry Tilly. / © PIERRE ANDRIEU / AFP
Jean Marchand a su échapper à Thierry Tilly. / © PIERRE ANDRIEU / AFP

♦ 2008

Neuf membres de la famille de Védrines débarquent à Oxford, là où vit Thierry Tilly. Ils se rapprochent donc de leur "gourou". Philippe de Védrines et sa compagne Christine réussissent à s'extirper des griffes de l'homme après de nombreuses souffrances, notamment sur la personne de Christine qui raconte lors du procès que l'homme l'a obligé à dormir plusieurs mois sur un matelas pneumatique en raison d'un présumé trésor qu'elle cacherait. "Tilly m'a menacée de me tirer un coup de pistolet près de l'oreille, de ne plus jamais revoir mes enfants, de m'envoyer dans un bordel pour les Noirs, il m'a frappée plusieurs fois violemment dans le dos..." a-t-elle déclaré durant l'audience. 

♦ 2009

Christine n'a plus peur de parler et raconte ce qu'elle a subit. Le machine est lancée, l'étau se resserre petit à petit sur Thierry Tilly. Le 21 octobre, Tilly est interpelé en Suisse dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen puis mis en examen le 28 octobre à Bordeaux pour escroqueries, abus de faiblesse, extorsion de fonds, séquestration avec actes de torture et barbarie puis incarcéré à la prison de Gradignan. Restée sous l'emprise du "gourou" malgré son interpelation, ce n'est que le 17 décembre que la famille de Védrines est libérée.

♦ 2010

Un deuxième personnage fait son entrée dans l'affaire des "reclus de Monflaquin". Jacques Gonzales 65 ans est un proche de Thierry Tilly. Ancien représentant en automobile, il est soupçonné de complicité et d'abus de faiblesse. Il aurait touché 1 million d'euros sur les 5 détournés par Thierry Tilly.

Thierry Tilly aurait détourné 4 millions d'euros à la famille bordelaise. Le procès s'est ouvert le 23 septembre à Bordeaux. Le jugement doit être rendu vendredi 5 octobre. "Aujourd'hui, les Védrines occupent des "boulots alimentaires" et habitent un HLM à Bordeaux" comme le précise nos confrères de FTVI.

A lire aussi

Sur le même sujet

Mag Basque : Enfants juifs en Pays basque 1940-1945

Les + Lus