Cet article date de plus de 8 ans

Le tribunal de commerce de Niort place Heuliez SAS en redressement judiciaire pour 6 mois. Ségolène Royal s'exprime enfin.

La décision du tribunal de commerce de Niort est tombée : Heuliez est placée en redressement judiciaire. L'équipementier automobile basé à Cerizay (79) a 6 mois pour trouver une solution. Sur place, c'est le soulagement. 
© AFP
Le tribunal de commerce de Niort a rendu sa décision à 11h30.
Il place l'entreprise Heuliez SAS en redressement judiciaire avec période d'observation de 6 mois, soit jusqu'au 11 octobre. 
A l'issue de l'audience, à laquelle le PDG de l'actionnaire principal BGI, François De Gaillard, n'a pas assisté, les représentants du personnel ont fait part de leur soulagement. Pour Jean-Emmanuel Valade, délégué CFE-CGC Heuliez SAS, "six mois c'est bien (...) cela va nous permettre de respirer (..) de ne pas tout faire dans l'urgence".

Un sursis plus long qu'espéré 

Cette décision donne en effet à l'entreprise basée à Cerizay (79) plus de temps qu'escompté
La veille, la direction, les employés et le ministère public avaient demandé au tribunal de prononcer le redressement judiciaire avec une période d'observation de trois mois, jusqu'aux vacances de juillet.
L'équipementier automobile qui emploie 300 salariés est en cessation de paiements pour la troisième fois depuis 2009.  Lundi, la direction avait annoncé aux salariés le dépôt de bilan, après une année 2012 marquée par les difficultés dans le secteur, entraînant un endettement de près de 10 millions d'euros, selon le syndicaliste CFDT Claude Point.

Dans le cadre de cette procédure de redressement, le tribunal de commerce de Niort a également nommé un administrateur judiciaire : il s'agit de la SCP Laureau Jeannerot basée à Versailles C'est à ce mandataire ad hocque revient   désormais la charge de trouver des solutions pour la sauvegarde et la continuation de l'activité. 

L'espoir Volkswagen

Désormais, tous les espoirs reposent désormais sur Volkswagen.  Heuliez SAS est en lice pour gagner un important contrat de pièces détachées avec le constructeur allemand, contrat que se dispute une douzaine de sous-traitants sur les "quatre ou cinq" qui seront retenus au final,
Selon M. Point, ce contrat apporterait 20 à 30 millions d'euros annuels de chiffre d'affaires à partir de 2014, et porterait sur 3.000 à 6.000 références de pièces détachées, notamment pour des véhicules en fin de vie.


La réaction de Ségolène Royal 

Après plusieurs jours de silence, Ségolène Royal s'est enfin exprimée sur le sujet. Lors d'un déjeuner avec la presse ce midi, elle a déclaré que la "région Poitou-Charentes (avait) eu raison d'investir dans Heuliez", ajoutant "on ne peut pas tout réussir à 100%". Plus tard, dans la journée, via son compte Twitter, la présidente de Région a raillé l'attitude de l'opposition sur ce dossier. 
La réponse de la bergère Royal au berger Raffarin qui hier, également sur Twitter avait lancé les hostilités.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
heuliez économie