Une éclisse déboulonnée à l'origine du déraillement d'une locomotive près de Bessines vendredi

L'acte de sabotage a été revendiqué par un groupe d'antinucléaires. Areva a porté plainte pour mise en danger de la vie d'autrui.

La coïncidence est double, même s'il ne faut a priori y voir aucun lien.
Le déraillement d'une locomotive sur un site du groupe nucléaire Areva près de Bessines-sur-Gartempe, en Haute-Vienne, s'est produit le même jour que le dramatique accident de train à Brétigny-sur-Orge. Et c'est le même type de pièce qui est en cause : une éclisse.
Seule différence de taille : à Bessines, l'acte de sabotage semble être avéré, il a même été revendiqué par un mystérieux groupe d'antinucléaires, par le biais d'un communiqué envoyé au Populaire du Centre, le jour de l'ouverture du musée de la mine Urêka.
Plusieurs plaintes ont été déposées : par Areva, la SNCF et les cheminots, pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d'autrui.

Reportage d'Emmanuel Denanot et Henri Simonet : 
Les intervenants sont : 
Bruno Schira, directeur AREVA Bessines-sur-Gartempe
Andréa Brouille, maire de Bessines-sur-Gartempe