La solidarité s'organise autour de Philippe Croizon après le vol de son fauteuil. Déçu de l'action de la police, il va écrire à Manuel Valls.

Colère et tristesse. Philippe Croizon, de retour à Châtellerault, est touché par les très nombreux messages de soutien qu'il a reçu de toutes parts. Le nageur handicapé s'est fait voler son fauteuil roulant électrique dans la nuit de jeudi à vendredi dernier près de Dieppe en Normandie.

Philippe Croizon montrant l'image du fauteuil qui lui a été volé
Philippe Croizon montrant l'image du fauteuil qui lui a été volé © France 3
Ce fauteuil fait sur mesure, philippe Croizon ne l'avait que depuis deux mois. Il lui avait fallu un an de démarches administratives et il a déboursé 24 000 euros pour l'acquérir.
Dès hier dimanche sur notre site, il avait lancé un appel pour que ce fauteuil lui soit rendu. "Rendez moi mon autonomie" demandait Philippe Croizon sur notre site. Il soulignait que les fauteuils électriques sont très coûteux et mal remboursés par la sécurité sociale.
Depuis hier les messages de soutien sont très nombreux sur les réseaux sociaux sur la page Facebook du nageur handicapé comme sur twitter.
De nombreux personnes lui proposent de lui apporter un soutien financier pour pouvoir en racheter un nouveau en particulier via le site Handicap 2000 fondé par Philippe Croizon pour financer des actions liés au handicap.
Cet après-midi, sur son compte twitter, Philippe Croizon assure avoir reçu un appel du premier ministre


Philippe Croizon déçu de la police dieppoise va écrire à Manuel Valls

Touché par cet élan de solidarité, le nageur handicapé amputé des quatre membres exprime son mécontentement face à l'attitude des forces de l'ordre sur place après la constation du vol et affirme qu'il va écrire à Manuel Valls pour lui en faire part.
"Après être allé porter plainte au commissariat de Dieppe,  je n’ai pas vu un policier sur le terrain ; y a pas un policier qui est venu constater où a été volé mon fauteuil ; y a pas un policier qui est venu faire une enquête de voisinage...". Philippe Croizon ajoute "je suis en train d'écrire à Manuel Valls, le ministre de l'intérieur. Mon fauteuil ne coûte pas plusieurs milliers d'euros comme les diamants volés à Nice, mon fauteuil, il coûte 24 000 euros mais c'est mon autonomie".
Sur Twitter, Philippe Croizon se montre tout de même confiant dans l'enquête dont il dit attencdre les résultats.

Céline Cabral et Romek Gasiorowski ont rencontré ce lundi matin Philippe Croizon à son domicile Châtellerauldais. Ecoutez son témoignage en vidéo


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité handicap