• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports ne veut pas de la LGV Poitiers-Limoges

© France 3
© France 3

Dans un communiqué ce matin, la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (FNAUT), a fait savoir qu'elle ne comprenait pas le soutien persistant de François Hollande à la LGV Poitiers-Limoges.

Par Gaelle Fauquembergue

La FNAUT rassemble 160 associations implantées dans toutes les régions françaises et veille au bien-être des usagers des transports. Elle a publié aujourd'hui un communiqué, expliquant ne pas comprendre le "soutien persistant apporté par le Chef de l’Etat au projet de LGV Poitiers-Limoges".

En effet, la FNAUT dénonce un projet, selon elle, irrationnel, dangereux et coûteux, qui pourra mettre à mal le territoire aux alentours.


Communiqué de la FNAUT:

(version originale ici)


"La FNAUT s’étonne du soutien que François Hollande persiste à apporter au projet de LGV Poitiers-Limoges en promettant une aide consistante de l’Etat pour la poursuite des études, alors que la commission Mobilité 21 l’a clairement condamné.

Bien que favorable à l’extension du réseau ferré à grande vitesse, la FNAUT a désapprouvé de longue date ce projet sans utilité collective.

Le barreau Poitiers-Limoges ne concernerait qu’un bassin de population restreint et ne permettrait de transférer que de faibles trafics routiers sur le rail. Il ne désengorgerait aucune ligne classique parallèle au bénéfice de trains régionaux et de fret.

Une desserte performante Paris-Limoges peut être obtenue par la poursuite de la modernisation de la ligne classique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT) puis par un branchement sur la future LGV Paris-Lyon passant par la région Centre (projet POCL).

La LGV Poitiers-Limoges assècherait la ligne POLT. Selon RFF, il faudrait, pour la rentabiliser, y ramener de 11 aujourd’hui à 4 le nombre des relations quotidiennes Paris-Limoges, ce qui pénaliserait le Centre et la Creuse de manière inadmissible et induirait inévitablement un report de trafic sur la route.

Après Montluçon-Ussel et Clermont-Ussel, de nombreuses lignes régionales et interrégionales sont menacées de fermeture faute de travaux de rénovation d’un coût modeste : faut-il donner la priorité à un projet de prestige qui mobiliserait des crédits considérables au détriment d’investissements indispensables pour éviter un enclavement ferroviaire de tout le centre de la France ?

Le financement des travaux ferroviaires est suffisamment difficile pour que l’Etat, RFF et les Régions se concentrent sur des projets utiles, techniquement bien conçus, bénéfiques à l’aménagement du territoire et économiquement réalistes."

A lire aussi

Sur le même sujet

Blocage de la zone commerciale à Lescar par les "gilets jaunes"

Les + Lus