Cet article date de plus de 6 ans

Insecticides et abeilles : l'Assemblée vote l'interdiction des néonicotinoïdes en 2016

L'Assemblée nationale a voté jeudi, contre l'avis du gouvernement, l'interdiction à compter de janvier 2016 des produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes, réputés toxiques notamment pour les abeilles. L'amendement socialiste a été déposé par Gérard Bapt et Delphine Batho.

A la suite de l'action menée par la France pour que l'Union européenne interdise le Cruiser OSR sur le colza, la Commission européenne a restreint l'utilisation de trois substances actives de la famille des néonicotinoïdes

Près de 10% des quelque 2.000 espèces sauvages d'abeilles européennes sont menacées d'extinction, et 5% supplémentaires le seront dans un futur proche si rien n'est fait, selon un rapport rendu ce jeudi par la même Commission européenne. 

Malgré ces avancées, cinq molécules restent actuellement autorisées en France (imidaclopride, thiaclopride, clothianidine, thiaméthoxame et acétamipride) et présentent une toxicité aiguë, notamment pour les abeilles.

Les rédacteurs de cet amendement ont rappelé la mortalité massive des abeilles, par exemple dans le département des Deux-Sèvres, où est élue l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho. Des études ont montré que ces néonicotinoïdes sont neurotoxiques de 500 à 10.000 fois plus que le DDT, qui est interdit. 

Chez les apiculteurs, on s'inquiète si rien n'est fait pour enrayer cette mortalité qui touche pratiquement toutes les ruches, comme l'ont constaté Anne-Marie Baillargé Stéphane Hamon à Maisonneuve dans la Vienne.
durée de la vidéo: 01 min 43
Mortalité des abeilles dans la Vienne




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement apiculture polémique