Cet article date de plus de 5 ans

Dessertes TGV : la fin du consensus politique ?

C'était jusqu'alors l'objet d'un consensus entre les forces politiques de la région, mais les élections régionales approchant, la question du nombre de dessertes TGV commence à diviser... 
© Maxppp
Les élus UMP ont pris la parole, ces derniers jours, pour réclamer davantage de vigueur à la défense du nombre d'arrêts dans les gares de Poitiers, Angoulême ou Châtellerault...
Le futur plan de dessertes TGV sera decidé cet été. En attendant ce sujet semble s'inviter dans la campagne des élections régionales de décembre. 

En mars, une "coalition de territoires mécontents" s'était formée.
Les élus, autour du président (PS) de la région Aquitaine, avaient dénoncé dans certains cas une "division par deux" des dessertes prévues : par exemple 7 aller-retours quotidiens désormais prévus entre Angoulême et Paris (contre 11 promis par la convention), et 3 entre Libourne et Paris (5 dans la convention).

Reportage de Tanguy Scoazec, Thomas Chapuzot et Alexandre Liégard.

Les intervenants :
- Philippe Rabit / Conseiller régional UMP
- Jean-François Macaire / Président de la région poitou-Charentes

durée de la vidéo: 01 min 53
Dessertes TGV : la fin du consensus politique


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgv transports économie politique