Cet article date de plus de 5 ans

Institut ostéopathique de Bordeaux : le combat n'est pas terminé

A deux semaines de l'ouverture de l'IOB, les 68 étudiants sont toujours en attente sur leur avenir. La direction de l'Institut a déposé un dossier auprès du conseil d'état pour annuler l'effet exécutoire du retrait de l'agrément, ceci dans des conditions d'urgence. 

L'Institut Ostéopathique de Bordeaux
L'Institut Ostéopathique de Bordeaux © Stéphane Esteve
Quatorze écoles d’ostéopathie ont perdu leur agrément, à la suite de la réforme de cette formation. De nombreux étudiants en cours de cursus se trouvent dans une situation délicate dont l'Institut d'Ostéopathie de Bordeaux.

L'IOB refuse cette décision (sans agrément, les étudiants ne peuvent pas s'installer à leur compte) et porte l'affaire devant la justice. Le Tribunal administratif a rendu sa décision : il ne statue pas sur le fond, rejette la requête et renvoie le dossier devant le conseil d'Etat. 
.
L'IOB, a expliqué à la presse ce matin que son avocat, Me Alexandre Novion, est "encouragé" par le résultat d'un recours similaire du Centre d'ostéopathie Atman de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), dont l'agrément avait aussi été retiré.
Vendredi, le juge des référés du Conseil d'Etat a "suspendu l'exécution du refus d'agrément" à Atman et enjoint au ministère de la Santé de réexaminer sa demande sous un mois. Et, dans son ordonnance, il dit avoir "éprouvé un doute sérieux sur la validité des motifs avancés par l'administration pour justifier le refus d'agrément".

Maître Novion a dénoncé le "tourniquet d'épuration" d'un "processus d'agrément/non-agrément qui n'a jamais mis en concurrence la qualité de pédagogie des différentes écoles" (37) postulantes.

Le directeur de l'IOB, Vincent Staf, arguant de procès-verbaux de la Commission nationale consultative (sur les agréments), a dénoncé dans le processus de "graves manquements", des "largesses", voire des "ententes". Et il a déploré une situation de "monopole" dû au nombre d'écoles d'ostéopathie agréées qui sont liées au groupe privé d'enseignement Novetude (issu du fonds d'investissement Octant).

La semaine prochaine, plusieurs écoles d'ostéopathie "refusées" doivent tenir à Paris une conférence de presse conjointe sur le dossier, avec notamment l'IOB, Atman, Osteobio, le Collège d'Ostéopathie du Pays Basque
(Biarritz).


Regardez le reportage de Gilles Bernard et Sylvie Tuscq-Mounet
Institut ostéopathique de Bordeaux : le combat n'est pas terminé

Intervention de : Vincent Staf,  directeur Institut d'Ostéopathie de Bordeaux - Alexandre Novion, avocat - Antoine, étudiant en 4ème année

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société université éducation