La canicule cause 74 décès de plus en Nouvelle-Aquitaine

Les 2 épisodes caniculaires de cet été ont causé 74 décès en excès sur les départements de Nouvelle-Aquitaine, soit une augmentation estimée de +5,9%. Des données révélées par Santé Publique France ce mercredi 10 octobre. 

Une surmortalité de +5,9%


Les 2 épisodes caniculaires de juin et juillet 2019 ont provoqué 74 décès en excès sur la Nouvelle-Aquitaine, une surmortalité estimée de 5,9%. La majorité des personnes décédées avait 75 ans et plus (54 décès). On observe toutefois une surmortalité importante chez les 15-44 ans (+15%).

L'épisode caniculaire de juin 2019 a été aussi intense que les canicules de 2015 et 2018. Pour le second épisode, Santé Publique France a relevé une intensité comparable à 2003, mais sur une durée plus réduite.

Sur 85 départements au niveau national, on peut noter 1462 décès en excès, soit une surmortalité de 9,2%.
 

La Vienne, département le plus touché


34 décès en excès ont été relevés lors de la 1ère canicule en juin dans 4 départements ayant dépassé les seuils d'alerte : Corrèze, Deux-Sèvres, Vienne et Haute-Vienne. La surmortalité relative est plus importante dans la Vienne, +30,2% (30 décès en excès).

Même si elle a été plus brève, la 2nde canicule a été plus intense et plus ravageuse avec 40 décès en excès sur 9 départements touchés avec des écarts allant de +1,2% en Haute-Vienne à +14% dans la Vienne.
 

Des décès dus à la chaleur


Entre le 1er juin et le 15 septembre, 2 714 personnes sont passées dans les services d' urgences en Nouvelle-Aquitaine, 1 067 actes ont été rédigés par SOS Médecins concernant l'indicateur iCanicule. Un indicateur qui regroupe les pathologies liées à la chaleur telles les hyperthermies, les deshydratations ou les hyponatrémies.
 

Un système d'alerte depuis 2004 


Depuis la sécheresse dévastatrice de 2003, un Plan National Canicule (P.N.C) a été mis en place l'année suivante avec un Système d'Alerte Canicule Santé (Sacs). Ces mesures permettent d'identifier les périodes où la chaleur représente un risque pour une grande partie de la population avec différents niveaux d'alerte (jaune, orange et rouge).

Des systèmes de surveillance qui courent de juin à septembre. Avec le réchauffement climatique, de tels événements caniculaires se produisent de plus en plus fréquemment et sur des durées plus longues.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canicule météo santé société