La Charente-Maritime privée de feux d'artifices à cause du risque d'incendies de forêts

Malgré la fin du pic de chaleur, la Charente-Maritime est toujours classée en risque très sévère d'incendies de forêts. En conséquence, la vigilance des particuliers est requise, tandis que les mairies doivent annuler leurs feux d'artifice.

Après le feu de forêt à Anglet le 31 juillet.
Après le feu de forêt à Anglet le 31 juillet. © Gaizka Iroz/AFP
Pas de répit pour les forêts. Bien que le pic de chaleur soit passé ce samedi 1er août, le risque d'incendie forestier reste très élevé en Poitou-Charentes. Le 30 juillet, un arrêté pris par le préfet de Charente-Maritime élevait ce risque à très sévère sur tout le département. Depuis, la chaleur a décampé. Pas le risque.

Alors pour protéger les forêts charentaises, la prudence est de mise.

"Lorsque le risque d'incendie est qualifié de sévère, très sévère ou exceptionnel", les feux d'artifice -"assimilés à des feux de plein air"- sont formellement interdits selon la circulaire préfectorale de 2011 relative aux feux d'artifice. En conséquence, plusieurs communes du département ont été obligés d'annuler ou de repousser certains feux d'artifice prévus à court terme.

C'est le cas à Rivedoux-Plage, sur l'île de Ré, où devait se tenir ce samedi la Fête de l'Huître, comme le rapporte Sud-Ouest. A Sainte-Marie-de-Ré, le feu d'artifice du 14 juillet avait quant à lui été repoussé au 6 août... et ne pourra donc une nouvelle fois pas se tenir. 

Un feu de forêt sur deux est d'origine accidentelle

"La sécurité prévaut pour tous", explique la maire de Sainte-Marie Gisèle Vergnon, qui n'a pas hésité à suivre la demande préfectorale. "C'est décevant pour tous, mais ce n'est que partie remise", confie-t-elle. 
 
La préfecture de Charente-Maritime estime en effet qu'un feu de forêt sur deux est d'origine accidentelle et humaine. Gisèle Vergnon redoute ainsi "des gestes totalement imprudents, comme la cigarette jetée par les fenêtres", qui peuvent se transformer en départs de feu de façon très rapide. "Les barbecues sont interdits, il faut éviter de jeter ses mégots, et les travaux par points chauds, comme la soudure ou l’utilisation d’une meule", recommande le service départemental des sapeurs-pompiers de Charente-Maritime (SDIS 17). 

En été, la vigilance des sapeurs-pompiers doit être double, à cause de la chaleur bien-sûr, mais aussi parce que "l'afflux de touristes peut augmenter les risques", avance le SDIS. La prévention ne leur sera cependant d'aucune aide face à d'autres facteurs, comme des points de foudre lors d'orages secs, ou encore des ruptures de câbles électriques (que la chaleur peut fragiliser, ironie du sort).
 

Une nouvelle vague de chaleur la semaine prochaine

Le risque d'incendie ne devrait pas diminuer dans les prochains jours. Selon Météo France, la température devrait à nouveau dépasser les 30 degrés celsius dès ce jeudi 6 août en Poitou-Charentes. Une vague de chaleur qui pourrait durer plus longtemps que celle de ces 30 et 31 juillet.

Témoignant d'un "engagement massif sur tous les feux naissants", le SDIS 17 affirme être en "adaptation permanente" et n'a "pas de crainte particulière, malgré les vagues de chaleur successives" :
 

Tous nos massifs sont surveillés par des caméras, et on est alerté dès qu'il y a un départ de feu. Le dispositif est rodé.

SDIS de Charente-Maritime

Le risque d'incendie dans le département est consultable en temps réel sur une carte interactive disponible sur le site internet du GeoSDIS 17. Cette carte, actualisée deux fois par jour, est divisée en petites cellules géographiques, qui donnent un niveau de risque très localisé. Des indicateurs locaux "très poussés" mesurent "l'humidité de l'air, du sol, la combustibilité du sol, etc.", précise le SDIS 17.

Ce samedi 1er août, l'île de Ré , l'île d'Oléron et le domaine de la Coubre sont partiellement en risque modéré, tandis que la majorité de la partie continentale du département se trouve en risque sévère. Le risque d'incendie à l'est de la nationale 10, ainsi que sur quelques zones au nord de Saint-Jean-d'Angély reste quant à lui très sévère.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers pompiers feux de forêt
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter