Péage de l'île de Ré : les prix vont changer, on vous explique tout sur la nouvelle grille tarifaire

Le jeudi 11 avril 2024, le conseil départemental de Charente-Maritime a voté la création d'un tarif basse saison à quatre euros pour les usagers du pont de l'île de Ré. Cette nouvelle grille tarifaire entrera en vigueur le 1ᵉʳ janvier 2025.

Pour se rendre sur l'île de Ré, et emprunter le péage du Pont, les automobilistes ne paieront plus le même prix à partir du 1ᵉʳ janvier 2025. Le département, propriétaire de l'ouvrage, a décidé de mettre en place une nouvelle politique de tarification.

La mesure phare consistera en la création d'une très basse saison, du 15 novembre au 1ᵉʳ mars, avec un prix attractif : quatre euros par véhicule et par passage, soit la moitié du prix actuel. "On estime qu'on a été entendus", affirme Dominique Audurier, président de l'association "Utilisateurs du 17". "Nous, on voulait un demi-tarif pour la saison basse. C'est un pas en avant, d'une part pour pouvoir contrôler l'année prochaine les résultats des recettes, d'autre part pour continuer à avancer et pourquoi pas, demander le demi-tarif sur la moyenne saison."

En moyenne saison, du 2 mars au 14 juin, puis du 16 septembre au 14 novembre, le tarif a été fixé à huit euros.

Le département a également décidé de changer les périodes de haute saison, à forte fréquentation touristique. Toujours avec des passages à seize euros, "les week-ends critiques de l’Ascension et de la Pentecôte sont passés dans la haute saison. Ce sont des recettes bienvenues pour compenser la très basse saison", explique Patrice Raffarin, conseiller départemental (Divers droite). La décision a été votée par le conseil départemental le 11 avril 2024, à la quasi-unanimité. Quant aux habitants de l'île de Ré, ils continueront à bénéficier de la gratuité.

Assurer un maillage soutenu avec le continent

Mais les politiques tarifaires ne concernent pas que les périodes de fréquentation touristique. Le maire de Rivedoux veut également mettre l'accent sur les avantages liés à ces modifications du calendrier. "On veut faciliter le statut des aidants familiaux en relevant les barèmes fiscaux, pour avoir un plus grand nombre d’ayants droit. Ils paieront deux euros par jour, peu importe la saison", appuie l'élu.

Les salariés faisant quotidiennement le trajet entre le continent et l'île bénéficieront, eux aussi, d'un tarif unique, à cinquante centimes d'euros par passage, et ce toute l'année.

"On espère avoir des continentaux, qui vont venir du 15 novembre au 1ᵉʳ mars, soutenir l’activité économique, mais aussi la vie associative sportive, puisque beaucoup d’associations vivent avec des bénévoles du continent", énumère Patrice Raffarin.

Cette île a besoin d’argent pour son écotaxe et ce pont a besoin d’argent pour son entretien.

Dominique Audurier

Président de l'association "Utilisateurs du 17"

Cette source de revenus est d'autant plus importante pour l'île de Ré, qu'elle finance les infrastructures du territoire. Selon le département, le péage de l'île assure des recettes d'environ 13,5 millions d'euros chaque année, réparties à parts égales entre entretien de l'ouvrage et écotaxe pour les collectivités locales. "Peut-être que certains vont critiquer ce tarif, mais cette île a besoin d’argent pour son écotaxe et ce pont a besoin d’argent pour son entretien", conclut Dominique Audurier.

(Avec Jean-Marc Chauvet).