Décès de Georges Pernoud, un fidèle de la Charente-Maritime

L'animateur télé, figure emblématique du monde de la mer, nous a quitté à l'âge de 73 ans. Avec son émission Thalassa, il revenait régulièrement en Charente-maritime, terre de marins.

C'est en 1975 que Georges Pernoud crée Thalassa, le rendez-vous hebdomadaire des amoureux de la mer
C'est en 1975 que Georges Pernoud crée Thalassa, le rendez-vous hebdomadaire des amoureux de la mer © PIERRE VERDY / AFP

Il avait gardé le cap pendant près de quarante ans. Son célèbre "Bon vent !" de fin d'émission restera longtemps dans l'inconscient collectif de plusieurs générations de téléspectateurs. Le générique de l'émission aussi qui, toutes les semaines, donnait le départ d'un voyage sur toutes les mers du globe.

Georges Pernoud est ce qu'on appelle une figure de la télévision française et Thalassa, une émission culte. Pour beaucoup, l'animateur est à jamais associé à une certaine idée du service public et à une chaîne en particulier : FR3.

A La Rochelle, l'animateur était bien sûr un habitué du Musée Maritime. Indiscutablement, l'émission a fortement contribué au renouveau de la flotte patrimoniale et à l'essor de la plaisance. La Calypso, le France 1, Joshua ou Viola ; Thalassa, c'était avant tout une autre façon de raconter des histoires de bateaux et, surtout, de parler des hommes qui naviguaient dessus. Car le secret du succès d'audience du rendez-vous hebdomadaire, c'était cette approche humaniste où tous les marins avaient la parole.

La flotte patrimoniale française, comme ici "Le Marité", un sujet cher au cœur de Georges Pernoud
La flotte patrimoniale française, comme ici "Le Marité", un sujet cher au cœur de Georges Pernoud © RAYMOND ROIG / AFP

"Il savait coment raconter une histoire."

Ancien rédacteur en chef de France 3 Poitou-Charentes, Bernard Dussol a travaillé 25 ans aux côtés de Georges Pernoud. "Toujours un sac de prêt, avec deux chemises, mille dollars et un passeport", se souvient le journaliste, "Je passais la moitié de ma vie à l’étranger". Alors certes, avec évidemment tout le respect qu'on lui doit, le bonhomme n'était pas toujours facile au boulot. Un caractère, dirait-on poliment. N'en reste pas moins que Thalassa fut longtemps LE rendez-vous de tous les amoureux de la mer.

Le journaliste, installé près de Poitiers, se souvient par exemple de l'appel aux dons qui avait été fait à l'antenne pour venir en aide au père Jaouen, le prêtre qui faisait naviguer des jeunes en difficulté sur le Bel Espoir. "Avec une audience de 4 à 5 millions de personnes devant leur télé, l’émission avait de l’influence. Le père Jaouen avait reçu deux fois plus qu’il n’en avait besoin." Thalassa est le symbole de ce qu'on appelle une émission populaire et Pernoud incarnait cette simplicité des gens de mer.

C’est un visionnaire. C’était quand même un peu gonflé d’imaginer qu’on pouvait faire une émission sur la mer en prime time. Il avait vraiment du flair. Il pouvait parfois être un peu engoncé dans ses certitudes, mais il savait comment raconter une histoire. On a été les premiers à faire du reportage différemment. On ne racontait pas les choses de façon académique. On donnait la parole à des gens qui n’étaient pas des puissants ou des gens qui avaient quelque chose à vendre. Les téléspectateurs pouvaient s’identifier à nos interlocuteurs.

Bernard Dussol, journaliste

"Il a vraiment fait aimer la mer aux français."

Alors que vous êtes nombreux à vous passionner actuellement pour la neuvième édition du Vendée Globe, Pernoud et ses équipes ont aussi beaucoup fait pour le monde de la course au large. A La Rochelle, au début des années 80, ils sont quelques uns comme Frédéric Charpail, Jean-Baptiste le Vaillant ou Jean-François Fountaine à se souvenir du soutien apporté par Thalassa à leur projet de catamaran de course, le bien nommé "Charente-Maritime 1".

Le "Charente-Maritime I", quand La Rochelle innovait dans la course au large.
Le "Charente-Maritime I", quand La Rochelle innovait dans la course au large. © Fountaine-Pajot

"Je me souviens notamment d'une arrivée en direct de La Baule-Dakar", explique Philippe Palu de la Barrière, architecte, "c’était un gars très sympathique avec une super équipe de collaborateurs. Thalassa, on était tous fans, c’était une émission incontournable. Pour le monde de la course au large, ça a été une émission majeure et pour nous, qui étions soutenus par le département, les seuls retombées télévisuelles qu’on pouvait espérer, c’était avec Thalassa". L'actuel maire de La Rochelle garde lui aussi un souvenir ému de Georges Pernoud.

Avec Pierre Follenfant, nous avions gagné la Transat en double sur Charente-Maritime 1 et Georges nous avait demandé de naviguer avec nous de Lorient à La Rochelle. On avait navigué toute la nuit et on était arrivé au petit matin à l‘île de Ré et il avait vécu à bord l’arrivée à La Rochelle. Mais c’est un souvenir parmi bien d’autres. L’Hermione, il en était tombé amoureux très tôt. Il a fait de nombreux sujets et des directs. Je crois qu’il a vraiment fait aimer la mer aux français.

Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle

Aujourd'hui, les hommages se multiplient pour saluer la mémoire d'un Monsieur de la télévision. A jamais le monde de la mer reconnaissant. 

À La Rochelle, réactions suite à l'annonce du décès de Georges Pernoud

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
télévision économie médias nautisme mer nature sports nautiques sport