Après la nouvelle vague de dauphins retrouvés morts sur les plages de Charente-Maritime ce week-end, l'observatoire Pélagis organise des nécropsies. De nombreux vétérinaires du littoral ont été conviés pour apprendre, eux aussi, à mener ces examens.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'ambiance oscille entre le film d'horreur et un abattoir. Nous sommes dans les laboratoires de l'observatoire Pélagis de La Rochelle où une dizaine de vétérinaires et biologistes, en combinaison, s'affaire autour des corps de dauphins retrouvés morts le week-end dernier, en Charente-Maritime. Beaucoup sont en formation. "D'habitude, je travaille avec des chiens et des chats", explique Cristina, vétérinaire à Biscarosse. L'objectif est de leur apprendre les techniques de nécropsie sur ces mammifères. "Ils pourront ensuite faire partie du Réseau National d'Echouage et intervenir sur leur zone de travail", explique Sarah Wund, vétérinaire à Pélagis. 

Dire que ces dauphins sont morts à cause des filets de pêche n'est pas suffisant, il faut le démontrer. Le faisceau d'indices extérieurs doit être recoupé par des analyses concrètes. 

Quand on voit des entrailles et des organes très rouges, cela démontre une hémorragie et une mort violente.

Willy Dabin, ingénieur recherche à l'observatoire Pélagis

Ces analyses donneront lieu à des conclusions qui alimenteront une base de données. Ces vagues d'échouage ne sont pas nouvelles, mais à chaque fois, elles apportent leur lot d'informations.

Quand on découvre des sardines entières dans un estomac, cela montre que l'animal était en train de manger au moment de sa mort. La probabilité d'une crise cardiaque est très faible

Sarah Wun, vétérinaire à l'observatoire Pélagis

Lundi 16 janvier, l'association Sea Sheperd a déposé plainte contre X pour dénoncer une nouvelle fois ces échouages. Par ailleurs, Allain Bougrain Dubourg, le président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, a exigé du ministre de l'Ecologie, l'arrêt de la pêche pélagique pendant un mois.

Reportage de Sébastien Poirier et Christelle Nicolas

durée de la vidéo : 00h01mn51s
L’Observatoire Pelagis à La Rochelle rassemble les programmes d’observation et d’expertise sur la conservation des populations de mammifères et oiseaux marins ainsi que la gestion des bases de données. Cet hiver, ils observent le phénomène récurrent des échouages de cétacés la côte atlantique. Déjà 300 dauphins retrouvés depuis Noël. Environ 10.000 cétacés sont capturés accidentellement chaque année. Reportage de Sébastien Poirier et Christelle Nicolas ©France télévisions

Reportage de Sébastien Poirier et Christelle Nicolas