Les orques sont de plus en plus nombreuses à venir bousculer les voiliers, les scientifiques alertent les plaisanciers

Depuis 2020, les scientifiques étudient les orques qui bousculent les bateaux entre la péninsule ibérique et le golfe de Gascogne. Ces comportements étranges sont de plus en plus fréquents, les chercheurs alertent les plaisanciers sur les risques de rupture du gouvernail.
Depuis 2020, 122 interactions entre les orques et les bateaux ont été répertoriées.
Depuis 2020, 122 interactions entre les orques et les bateaux ont été répertoriées. © Marty Melville - AFP

Les orques sont de plus en plus nombreuses à s'approcher des voiliers et à chahuter les embarcations. Les scientifiques qui étudient ce phénomène depuis 2020, alertent les plaisanciers sur les risques des comportements de ces mammifères marins.

A La Rochelle, Paula Mendez Fernandez, docteur en écologie marine à l'Observatoire Pélagis est l'une des expertes dans ce domaine. Il y a quelques jours, elle a enregistré une première en France. Le 14 juillet, le voilier d'un équipage de La Rochelle est bousculé par une orque au large de Royan.

C'est la première fois que l'on a une interaction des orques avec un bateau dans les eaux françaises. Depuis 2020, on a observé que les orques approchenet les bateaux de plaisance, ils viennent percuter le gouvernail des bateaux et parfois il le casse ou l'arrache. C'est un phénomène étonnant. L'observation d'orques sur la côte atlantique française n'est pas exceptionnelle, ils viennent manger du thon, ce qui est nouveau, c'est leur interaction avec les voiliers.

Paula Mendez Fernandez, docteur en écologie marine à l'Observatoire Pélagis

Paula Mendez Fernandez a rejoint Orca Atlantica composé d'Espagnols et de Portugais. Ce groupe de travail a été créé suite à la multiplication d'approches des orques le long de la péninsule ibérique entre Gibraltar et la Galice.

122 bateaux bousculés depuis 2020

Depuis 2020, 122 interactions ont été répertoriées en les orques et les bateaux, 71 depuis le début de cette année. Le phénomène interroge les chercheurs qui ont émis une hypothèse pour expliquer ce comportement étonnant des cétacés.

Pour l'instant on suppose qu'il s'agit d'un jeu pour les orques, il y a plusieurs groupes d'orques qui ont adopté ce comportement. Les adultes ont commencé à jouer avec les safrans, ils ont transmis cet apprentissage aux juvéniles. Comme c'est une espèce qui a des capacités cognitives très développées, ils arrivent à transmettre cette information et cet apprentissage au groupe. 

Paula Mendez Fernandez, docteur en écologie marine à l'Observatoire Pélagis;

Le groupe de travail a développé un protocole de sécurité qui a été transmis à la préfecture maritime. L'objectif est destiné à éviter les dommages des bateaux. Selon les chercheurs, les orques viennent au contact direct des navires en les poussant, dans certains cas, les chocs ont entraîné la rupture de gouvernails et la frayeur des passagers.

"Le premier conseil, c'est de stopper le bateau, affaler les voiles, arrêter le moteur et laisser la barre libre pour éviter les dommages au niveau du gouvernail. En adoptant ce protocole, les orques finissent par partir, il y a encore beaucoup de navigateurs qui ne sont pas au courant. Il faut aussi que les plaisanciers se protègent et qu'ils évitent de tomber à l'eau"détaille la scientifique de l'observatoire Pelagis.

Le protocole de sécurité destiné aux plaisanciers.
Le protocole de sécurité destiné aux plaisanciers.

Ces orques se déplacent du côté de la péninsule ibérique et du golfe de Gascogne en suivant le thon rouge. Sur son site internet, l'observatoire Pélagis détaille le comportement étonnant et risqué des orques ibériques à l’égard des navires.

© Observatoire Pélagis

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche culture sciences environnement