La déconstruction et le recyclage des vieux navires va devenir un véritable enjeu en matière de protection de l'environnement. Alors que les dirigeants de la planète, réunis pour la Cop 23, réfléchissent aux moyens d'enrayer le réchauffement climatique, il existe, à l'échelon local, des solutions.

Dans les ports, on les appelle les bateaux ventouses, des quasis épaves. Ils ne naviguent plus, prennent de la place et posent aujourd'hui un véritable problème environnemental. Il y en aurait 140 000 en France mais, à Rochefort, ces véritables poubelles flottantes ont maintenant trouvé preneur.

Le recyclage, c'est la raison d'être de la société Echo Nautique. Son gérant, Vincent Becquet explique : "On démonte tout, on trie. Les métaux, suivant les qualités, peuvent être revendus au poids. On travaille avec une autre entreprise locale."


Poulies ou dames de nage de seconde main

Le principe de fonctionnement est celui d'une casse auto mais pour bateau de plaisance... avec, en plus, une boutique juste à côté pour acheter du matériel recyclé et moins cher.
Récupérer et vendre d'occasion, aussi surprenant que cela puisse paraître, ce genre d'initiative est encore très rare. Pourtant, on compte près de 12 000 bateaux chaque année à recycler en France.

Le défi du polyester

Reste un problème : le recyclage du polyester, très largement utilisé pour la coque des bateaux, est toujours en phase de développement. Pour l'instant, le choix de l'enfouissement reste la solution. Selon la fédération des industries nautiques, il y aura 1 million de bateaux à déconstruire d'ici les 15 prochaines années.


Reportage d'Olivier Riou, Didier Gomez et Olivier Pallas. Images France 2 Intervenants : Vincent Becquet, Gérant société Echo Nautique et Pierre Delpierre, plaisancier à Rochefort

 

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité