La Rochelle : le casse-tête des parents pour trouver une place en centre de loisir à proximité

Où faire garder son enfant le mercredi après-midi dans l'agglomération rochelaise ? Cette question est un casse-tête pour certains parents à La Rochelle, où le nombre de places en centre de loisirs est insuffisant dans certains quartiers. 
Dans certains quartiers de La Rochelle, le nombre de places en centre de loisir est insuffisant.
Dans certains quartiers de La Rochelle, le nombre de places en centre de loisir est insuffisant. © France 3 Poitou-Charentes
Dans l'agglomération de La Rochelle, quinze centres de loisirs sont ouverts les mercredis après-midi pour accueillir les écoliers. Onze sont associatifs, et quatre municipaux, mais ils ne suffisent pas à accueillir tous les enfants à proximité de leur école. 

"Il faut être au taquet !" 

Pour obtenir une place, les parents ont du s'y prendre de très bonne heure, comme Romane qui explique que : "ça a été vraiment limite-limite. D'habitude, je m'inscris toujours sur le tard, et il reste toujours de la place. Et cette année, pour une fois que je m'y prends bien en avance, [...] j'ai eu la dernière place disponible pour ma fille !". 

"Il faut se lever tôt ! Les inscriptions commencent à 7h30, et il faut être au taquet", souligne un père. Heureusement, cette année, les inscriptions ont pu se faire en ligne, "avant il fallait venir faire la queue à 6 heures du matin." 

Pas de places à proximité 

Tous les parents n'ont pas eu sa chance : à Villeneuve-les-Salines, une quinzaine de familles n'ont pas pu trouver de place pour leurs enfants. À Tasdon aussi, certains parents sont repartis bredouilles. 

Globalement, la ville propose 1.143 places, et nous avons recensé 950 enfants qui viennent de façon régulière en centre de loisir

Martine Madelaine, adjointe au maire chargée de l'enfance et jeunesse

Théoriquement, le nombre de places est suffisant à l'échelle de l'agglomération. Le problème, c'est donc la répartition des places sur le territoire."Là où nous avons des soucis, c'est parce que certaines écoles ne permettent pas d'offrir un nombre suffisant de places sur le lieu le plus proche des familles", précise ainsi l'élue.

À Villeneuve-les-Salines, trois animateurs sont en cours de recrutement. Et à Tasdon, où le centre est trop petit, un autre site pourrait ouvrir à proximité. 

→ Regardez le reportage de Sylvain Velluet et Romain Burot : 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société jeunesse famille