Cognac : un jeune de 19 ans a été interpellé après des faits de vandalisme au cimetière du Breuil

Publié le Mis à jour le

Un jeune homme a été arrêté ce vendredi dans le cadre de l'enquête concernant le vandalisme d'une centaine de tombes au cimetière du Breuil (Cognac). Il a été entendu ce samedi après-midi par le Parquet d'Angoulême.

D'après nos informations, c'est un jeune homme de presque 19 ans (né le 13 novembre 2000) qui est à l'origine de ces faits de vandalisme. Avec un casier judiciaire vierge, il était inconnu des services de police. Léo se revendique ouvertement sataniste. Il dit haïr toutes les religions, et en particulier le catholicisme. Face aux enquêteurs, il aurait dit qu'une petite voix l'aurait poussé à agir dans la nuit de mardi à mercredi dernier. Le parquet a donc ordonné une expertise psychiatrique.

Après audition par la vice-procureure d'Angoulême, Mme Decencière-Ferrandière ce samedi après-midi, ce jeune homme a été placé sous contrôle judiciaire. Il est privé de sortie sans être accompagné par ses parents et avec obligation de se soigner. Il lui est interdit de fréquenter et de s'approcher des lieux de cultes catholiques.

Il sera convoqué au tribunal correctionnel d'Angoulême le 4 février 2020. Pour ces faits (si il est déclaré responsable), il risque jusqu'à 4 ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

Près de 90 objets de culte, dont une majorité de croix posées sur les tombes du cimetière du Breuil à Cognac, ont été cassées ou arrachées dans la nuit du 29 au 30 octobre. Il s'agit d'objets faisant référence à la symbolique chrétienne comme des croix, des crucifix ou des représentations de la Sainte Vierge. Le parquet d'Angoulême a ouvert une enquête sur ces actes de vandalisme.

Des plaques et de nombreux symboles chrétiens ont notamment été abîmés.

Le maire de la ville, Michel Gourinchas, s'était rendu sur place et avait qualifié ces actes de "lamentables" et "honteux".

Une enquête avait été été ouverte et porte sur "la dégradation volontaire de biens privés".