Grippe aviaire : une commune de Charente concernée par les restrictions dans le sud-ouest

Le ministère de l'Agriculture a imposé vendredi de nouvelles mesures visant à "assainir les zones de production de volailles" dans une zone de restriction qui grignote sur la Charente. 30 foyers de grippe aviaire ont été détectés depuis fin novembre.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
La nouvelle "zone de restriction" englobe toute la région Aquitaine (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), les départements voisins du Gers, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Vienne, ainsi que 30 communes du Lot et une commune de Charente, selon un arrêté paru ce vendredi au Journal officiel.

Dans ce périmètre, des "mesures de biosécurité" doivent dorénavant être appliquées pour l'élevage, le transport et l'abattage des volailles. Les véhicules utilisés pour les déplacements d'oiseaux ou "de toute autre matière ou substance susceptible d'être contaminée" doivent être "nettoyés et désinfectés", au même titre que les élevages, où une période de "vide sanitaire" doit en outre être respectée entre deux cheptels.

Depuis la confirmation d'un cas de grippe aviaire en Dordogne fin novembre, le premier en France depuis 2007, 30 foyers ont été découverts dans cinq départements du sud-ouest. L'agence de sécurité sanitaire et alimentaire (Anses) a affirmé cette semaine que la principale souche identifiée du virus n'est pas transmissible à l'homme.

Pour sa part le ministère a  régulièrement rappelé que la consommation de volailles et de foie gras ne présente aucun risque de contamination. Néanmoins, le gouvernement a interdit l'exportation d'oiseaux vivants et d'oeufs à couver provenant de Dordogne et de 225 communes des Landes, tandis que 17 pays et territoires ont imposé des embargos, larges ou ciblés, sur les produits avicoles français.