• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

CHU de Poitiers : Marlène Schiappa au chevet de la femme poignardée par son ex-mari à Angoulême

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité des femmes et des hommes, au CHU de Poitiers. / © France 3
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité des femmes et des hommes, au CHU de Poitiers. / © France 3

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, s'est rendue cet après-midi au CHU de Poitiers au chevet d'Houria. Le pronostic vital de cette femme de 34 ans, habitant à Angoulême, est engagé après avoir été agressée à l'arme blanche par son ex-mari, samedi soir.

Par Christine Hinckel

Mise à jour le samedi 21 juillet 2018


Houria est sortie saine et sauve du CHU de Poitiers. Elle se repose désormais dans un endroit tenu secret. 

.....................................................................................................
 

Mise à jour le lundi 2 juillet 2018


Houria est sortie du coma. Son état est stable.
.....................................................................................................

Marlène Schiappa est arrivée peut avant 16h au CHU de Poitiers. Elle a immédiatement rendu visite à Houria dans sa chambre d'hôpital où elle est toujours hospitalisée dans un état critique mais stabilisé. Elle a été opérée et se trouve toujours en réanimation.


Victimes de violences depuis longtemps

Houria, mère de trois enfants et d'origine algérienne, était accompagnée depuis près d'un an par le Centre communal d'action sociale d'Angoulême et par la structure Parenthèse, un centre d'hébergement qui prend en charge des femmes victimes de violences conjugales.
tentative d'assassinat

Marlène Schiappa l'avait rencontrée lors d'une visite à Angoulême. Houria faisait partie de la délégation de femmes battues qui avait pu rencontrer la secrétaire d'Etat. Touchée par l'histoire de cette femme, victime depuis des années des coups de son mari, Marlène Schiappa avait demandé à la préfecture de lui accorder le plus rapidement possible un titre de séjour, ce qui avait été fait. 
 

Avant d'être prise en charge par les services sociaux, Houria avait subi, en Algérie puis en France, pendant plusieurs années la violence de son mari qui a finalement essayé de l'assassiner samedi soir vers 21 heures. Elle vivait dans la crainte d'être retrouvée par son mari et de subir à nouveau des coups.

"Elle avait subi des violences physiques, sexuelles, psychologiques, économiques avec des actes vraiment inhumains et répétés y compris devant ses enfants" témoigne aujourd'hui Marlène Schiappa après sa visite au CHU.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de la secrétaire d'Etat :
ITW Marlène Schiappa

La secrétaire d'Etat a parlé de tentative de féminicide et a rappelé, qu'en moyenne, une femme meurt sous les coups de son conjoint tous les trois jours en France. Les médecins du CHU "m'ont rapporté que dans cette région cinq femmes étaient mortes suite à des violences conjugales depuis cinq semaines" a-t-elle ajouté.

Isabel Hirsch, Laurent Gautier, Aurélie Grignard et Bénédicte Biraud ont suivi la visite de Marlène Schiappa au CHU de Poitiers :
marlène Schiappa
 

Libéré une semaine avant la tentative d'assassinat

L'agresseur, aujourd'hui âgé de 41 ans a été écroué à Angoulême et une information judiciaire pour tentative d’assassinat sur conjoint à ouverte par le parquet. 
Avant de commettre cette tentative d'assassinat, F.Bendada avait été placé au centre de rétention administrative de Bordeaux le 10 juin dernier. Une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) avait été prononcée à son encontre par le préfet de Charente "en raison de sa dangerosité" mais il a été libéré le 15 juin sur décision du juge des libertés et de la détention de Bordeaux qui a considéré que le placement en centre de rétention avait été signalée au parquet trop tardivement. Une semaine après, il a poignardé Houria qui aujourd'hui se bat contre la mort au CHU de Poitiers après avoir reçu plusieurs coups de couteaux.
Depuis 12 ans, F.Bendada avait fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires dont une expulsion en 2004 et une première OQTF ( Obligation de quitter le territoire français). 






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le S'Coolbus testé, avec enthousiasme à Tocane St Apre

Les + Lus