La Dordogne intégrale a résisté à la Covid 19

La dixième édition de la Dordogne classique a bien failli ne pas avoir lieu à cause de la crise sanitaire. 250 concurrents ont pris le départ samedi 5 septembre à Argentat.
 
Le départ de la Dordogne Classique 2020 au petit matin
Le départ de la Dordogne Classique 2020 au petit matin © Franck Petit
La Dordogne classique est un raid de 130 km en une journée sur l’une des plus belles rivières d’Europe. Cette course est prisée par les kayakistes de l’Europe entière depuis 10 ans. Il est aussi possible de participer en canoé, paddle ou pirogue.

D’ordinaire, ils sont 650 sur la ligne de départ au petit matin sur les quais d’Argentat. La covid 19 a fait fondre le nombre de concurrents. Plus d’une centaine de Britannique n’a pas pu se déplacer. La course a dû être repoussée à deux reprises. Certains n’ont pas pu se rendre disponibles en septembre. Au final, 250 aventuriers ont pris le départ samedi 5 septembre à 6h45 précise.
 


Le mental

Dans les 25 premiers kilomètres entre Argentat et Beaulieu sur Dordogne, les concurrents naviguent sur des eaux calmes au moment où le jour se lève. Les kilomètres passent sans qu’ils s’en rendent vraiment compte, d’autant qu’EDF a effectué un lâcher de barrage qui a fait monter le débit de la rivière à 50 m³.
 
250 bateaux sur la rivière au petit matin
250 bateaux sur la rivière au petit matin © Franck Petit

Arrivés à la digue du Carennac, certains choisissent de s’arrêter pour une petite pause repas, à l’image de l’équipe des « Gros chauds » de Périgueux, composée de Damien Marot (plusieurs fois champion d’Europe et du monde de descente) et de Michael Bayard.
 

Maintenant, c’est heure de se dire qu’on part dans du long. Le voyage intérieur est très important dans ce type de course.

Mickael Bayard Equipe les gros chauds

Paysages somptueux

Puis les heures et les kilomètres continuent à passer, dans des paysages tout aussi somptueux les uns que les autres.
 
Les Falaises de Creysse, près de Martel (46)
Les Falaises de Creysse, près de Martel (46) © Franck Petit

Au kilomètre 105, les corps sont lessivés par l’effort. Seul le mental aide les concurrents à résister.

En tête depuis le départ, Nicolas Lambert fini par l’emporter en K1 hommes au sprint face à Gaétan Guyonnet. Le premier est vice-champion d’Europe de kayak, le second champion du monde de descente.

Nicolas Lambert a terminé sa course en 8h56 et 12s. Gaétan Guyonnet n’est arrivé qu’une trentaine de secondes plus tard.
 

Wilfried Fayt, lanterne rouge du classement, est arrivée en un peu plus de 15 heures. En une journée, les concurrents seront passés par les départements de la Corrèze, du Lot, et de la Dordogne.

Le classement

Notre reportage : 
 
La Dordogne intégrale 2020
Poursuivre votre lecture sur ces sujets