Branle-bas de combat en Corrèze pour dégager le passage sur la Vézère à l’approche des Mondiaux de canoë-Kayak

Publié le
Écrit par Pierre Gauthier avec Nassuf Djailani

Les Mondiaux de canoë-kayak de descente, c'est la semaine prochaine à Treignac. Dans la petite commune, tout le monde s'active pour être fin prêt le jour J. La Vézère va être le terrain de jeu des kayakistes, il faut donc se débarrasser des arbres qui peuvent représenter un danger ou qui peuvent être gênants pour les sportifs.

Aux abords de la Vézère en Corrèze, les tronçonneuses, les tracteurs ou encore les engins de terrassements sont de sortie, il faut dégager le passage et éviter tous dangers pour les athlètes. Les organisateurs corréziens des Mondiaux de canoë-Kayak ne veulent rien négliger. Car, accueillir des championnats du Monde pour la troisième fois, ça se mérite.

Alors depuis des mois, Treignac et sa communauté de communes mettent les bouchées doubles. Notamment pour que les 12,6 km de rivière concernés par la compétition soient débarrassés des arbres gênants ou dangereux.

Un vrai travail de spécialistes, comme Romain et son entreprise basée à Chamberet en Corrèze.  

« Les rivières c'est quelque chose c’est quelque chose d’un peu compliqué, explique Romain Tounissoux, spécialiste en abattages dangereux. Les accès sont compliqués. A chaque arbre sa spécificité. Il y a des fois ils sont tout simplement en bord de rive, on peut les tirer. Mais il y a des fois, on n’a aucun accès du tout. C’est que du matériel portable, et puis parfois, il faut aller traiter des gros arbres, en plein milieu des gorges ».

Budget

Coût annuel du chantier financé par une collaboration étroite entre les collectivités locales : 36.000 €. Une centaine d'arbres ont été abattus à l'automne, une cinquantaine ce printemps. Mais il s’agit aussi de laisser une trace pérenne bien au-delà de la durée des Mondiaux.  

« Là on est sur un chantier qui est sur les abords de Treignac. Qui est en plein cœur des gorges de la Vézère. En fait, ici c’était une piste qui avait été aménagée pour les Mondiaux de 2000. Depuis, ça a été fortement dégradée, et aujourd’hui on reprend cette piste pour permettre aux secours d’accéder facilement à la rivière », prévient Nicolas Granger, responsable services techniques de la communauté de communes Vézère-Monédière-Millesources. 

Mobilisation générale

Commerçants et associations de Treignac, tout le monde joue le jeu. Les vitrines sont décorées, des animations gratuites sont également proposées. A une semaine de l'événement, les organisateurs règlent les derniers détails.  

« Aujourd'hui on est sur des choses un peu à affiner en termes de matériels de logistique et puis surtout en termes d’organisation des plannings des bénévoles, parce que ça représente une masse de travail très importante. Plus de 400 heures de missions à répartir sur huit jours », insiste Stéphane Pradeau, président du comité départemental de canoë-kayak.

Trois cents personnes seront mobilisées pour s'occuper des cent quatre-vingt athlètes venus de 20 pays, et des quelques quinze mille spectateurs attendus.