Corrèze : une proposition de loi pour inciter au télétravail

Frédérique Meunier, députée de la seconde circonscription de Corrèze aimerait attirer des télétravailleurs dans son département. Elle propose une loi dont le financement est pour l’instant très aléatoire.
 
Frédérique Meunier, députée UDI de la Corrèze, sur les bancs de l'assemblée nationale
Frédérique Meunier, députée UDI de la Corrèze, sur les bancs de l'assemblée nationale © Assemblée nationale
L’idée de la députée UDI de Corrèze est simple. Les entreprises qui favoriseraient le télétravail paieraient moins de charges patronales. Elle espère pouvoir présenter sa proposition de loi à l’assemblée nationale en juin.

Frédérique Meunier est une femme de terrain. Il lui est fréquemment arrivé de parler avec des Corréziens ne passant qu’une partie de la semaine dans leur société :

J’ai croisé un représentant de commerce qui travaille pour une entreprise de peinture de Toulouse dans laquelle il n’est présent que 2 jours par semaine. Le reste du temps, il le passe chez lui et sur le terrain. Il me dit que c’est un vrai bonheur depuis 15 ans. Son employeur lui fait confiance et les contacts avec lui sont beaucoup plus décontractés.


Beaucoup de salariés ont testé le télétravail bien malgré eux pendant le confinement. Ils y ont pris goût en améliorant leur qualité de vie et profitant plus de leur famille. Pour Frédérique Meunier, c’est une opportunité pour les départements ruraux où l’on ne compte plus les fermetures d’écoles et autres services publics.

Les entreprises situées dans les grandes villes y trouveraient aussi leur compte, en emménageant dans des locaux moins grands et en pratiquant le « bureau partagé ».


Une centaine d’élus a co-signé une tribune dans laquelle la députée expose ses arguments.
 

La tribune de Frédérique Meunier

Les co-signataires de la tribune de Frédérique Meunier

 

Infrastructures

Reste que pour attirer des télétravailleurs en Corrèze, le réseau internet doit être irréprochable. Ce qui est encore loin d’être le cas, même si les élus corréziens sont les premiers à avoir misé sur la fibre en Limousin. Frédérique Meunier n’hésite pas à égratigner les opérateurs privés au passage :

Il est vrai que les opérateurs, comme Orange, n’ont pas toujours été à la hauteur. Pour les 100 élus qui ont co-signé ma tribune, il est impératif d’être porteurs d’un message ferme à vis de ces derniers.


Pascal Coste, le président du conseil départemental, a promis la fibre partout en Corrèze pour 2021.
 
Télétravail : le problème de la qualité du réseau internet

Les télétravailleurs doivent aussi être en mesure de se rendre plusieurs jours par semaine dans leur entreprise sans perdre trop de temps. L’infrastructure ferroviaire est encore « trop déficiente" pour la députée qui souhaite néanmoins créer un pass’navigo « Corrèze » pour alléger le coût du transport pour les familles.
 

Financement de la loi

Le projet de loi porté par Frédérique Meunier est dans l’air du temps. Mais les charges patronales permettent de financer les retraites, la sécurité sociale ou encore les allocations familiales. Si les entreprises qui pratiquent le télétravail en sont partiellement exonérées, le manque à gagner sera important pour l’Etat dont les caisses sont vides.

Frédérique Meunier ne semble pas avoir réfléchi à une contrepartie claire :

C’est l’effet boule de neige. Si les salariés viennent s’installer en Corrèze, ça va générer un brassage de population et des recettes. On est un peu visionnaires, on essaie de lancer des idées.  Et puis si l’impôt sur les sociétés baisse, on pourrait utiliser ce que les entreprises ne paieront pas pour financer la loi.


Si le financement de la proposition de loi de Frédérique Meunier n’est pas assuré, celle-ci risque de rester au placard. Pour mémoire, 3000 à 4000 textes législatifs sont proposés chaque année. Cette proposition sera examinée par la commission des affaires sociales de l’Assemblée.

Si elle n'est pas retenue, la députée se dit prête à prendre son bâton de pèlerin  pour aller convaincre les élus locaux d’abandonner une partie de leurs recettes fiscales et solliciter des entreprises :

Je peux aller les voir en leur disant si vous proposez à certains de vos salariés de venir en Corrèze, ils bénéficieront de mesures fiscales attractives.

 
Corrèze : une proposition de loi pour inciter au télétravail - le financement

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société emploi économie entreprises covid-19 santé politique