Devenir pompier volontaire : quand le "rêve d'enfant" devient un engagement "au service du citoyen"

Soixante-dix nouveaux sapeurs-pompiers volontaires viennent de signer leur charte d'engagement en Corrèze. Ils suivront une formation de plusieurs mois avant d'accéder à ce qui est, pour beaucoup d'entre eux, un rêve d'enfant.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ils sont 70, garçons et filles, à avoir participé ce samedi 19 novembre à leur journée d'intégration au sein des sapeurs-pompiers volontaires de la Corrèze.

Une nouvelle promotion à l'image de la société : plus féminisée, 40% de femmes, à l'instar de Pauline Aguillaume, 23 ans, qui sera formée au sein du centre de secours de Meymac, et qui a revêtu pour la première fois son uniforme : "C'est un rêve depuis toute petite, toute jeune fille. J'espère que je serai à la hauteur", souffle-t-elle.

Pas une association de broderie

Une journée de découverte de leurs futures missions, mais aussi des devoirs, des contraintes, de l'autorité qu'ils s'engagent à respecter au sein de ce milieu associatif pas comme les autres.
Le commandant Eric Durina, qui les accueille, plante le décor : ces jeunes volontaires n'intègrent pas une association de broderie. Il s'agit de leur en faire prendre conscience dès le départ, car 30% renoncent au cours des deux premières années.

"Ce n'est pas un engagement anodin, ils sont au service du citoyen", rappelle le commandant, "C'est un engagement important et vital. Si on n'a plus ça dans nos milieux ruraux, on a de moins en moins de secours".

Pas d'âge pour s'engager

La formation initiale de ces nouveaux pompiers volontaires s'étalera sur une durée de un à trois ans, pendant laquelle ils seront rattachés à l'un des 36 centres de secours de la Corrèze.

Si les JSP (Jeunes Sapeurs-Pompiers) constituent la principale filière principale de recrutement, il n'y a pas d'âge pour devenir pompier volontaire. Christophe Vergt s'engage à l'âge de 50 ans. "C'est vrai que ça surprend tout le monde, mais c'est dans ma nature de tenter des expériences de ce type-là".
Le quinquagénaire a pu s'engager à la faveur d'un changement de poste qui lui offre plus de disponibilités.

En France, on compte 197 000 pompiers volontaires, ils représentent 79 % des effectifs de sapeurs-pompiers. Pour tout savoir sur la façon de devenir pompier volontaire, cliquer ici.