En Corrèze, l'angoisse des producteurs de fruits avant trois nuits qui s'annoncent très froides

En Corrèze, les producteurs de fruits se préparent à vivre trois nuits d'angoisse avec des températures annoncées jusqu'à -6°. Ils mettent en place divers moyens pour se prémunir contre le froid qui pourrait détruire les récoltes.

Si la fleur de pommier gèle, pas de fruit
Si la fleur de pommier gèle, pas de fruit © C. Descubes / France télévisions

En Corrèze, les pommiculteurs et producteurs de fruits rencontrés ce lundi 5 avril 2021 se préparent à vivre trois nuits d'angoisse avec des prévisions météo annoncent des températures négatives pouvant aller jusqu'à -6°.

 

Dans son verger, Laurent Rougerie a installé une station météo mobile et autonome
Dans son verger, Laurent Rougerie a installé une station météo mobile et autonome © C. Descubes / France télévisions

Laurent Rougerie, pommiculteur à Lubersac en Corrèze est aussi le président de l'AOP Pomme du Limousin qui regroupe 180 producteurs sur 2000 hectares de vergers, il s'attend comme ses collègues à vivre trois nuits d'angoisse, particulièrement du mardi 6 au mercredi 7 avril 2021. Il nous explique les différentes techniques pour protéger les cultures du gel. "La première technique et la meilleure car elle peut protéger jusqu'à -7°, c'est l'aspersion : on pulvérise de l'eau sur le végétal, cette eau se transforme en glace et dégage donc des calories. Les glaçons qui se forment autour des fruits et fleurs les protègent. La deuxième technique, c'est un système de brassage d'air avec des tours à vent. Le principe est d'aspirer l'air des couches supérieures qui est plus chaud et de le refouler sur les vergers, mais souvent ce n'est pas suffisant et on complète avec des grosses bougies de paraffine". 

Cette tour à vent est installé dans le verger de Laurent Rougerie à Lubersac
Cette tour à vent est installé dans le verger de Laurent Rougerie à Lubersac © V. Agut / France télévisions

 

A Voutezac, toujours en Corrèze, Bruno Soulingeas est lui aussi très inquiet. Il cultive de pommes mais aussi des pêches dont le développement est encore plus avancé.

Les fruits sont déjà développés et très sensibles, alors c'est sûr qu'à -2°, on passera pas le cap

Bruno Soulingeas, producteur de pêches à Voutezac (19)

Selon une carte établie par Serge Zaca, docteur en agroclimatologie chez itk, les risques de gel sont importants pour le Limousin, comme on peut le voir ci-dessous :

 

Lundi 5 avril au soir, Météo France plaçait la Corrèze et la Creuse en vigilance jaune à la neige et au verglas.

 

Les arboriculteurs de Corrèze se préparent au gel ©France 3 Limousin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie météo froid