Cet article date de plus de 5 ans

Grippe aviaire : 15 communes impactées en Corrèze

Un arrêté de la préfecture de la Dordogne met une place une zone de surveillance et une zone de restriction qui affectent respectivement 4 et 11 communes de Corrèze pour lutter contre l’expansion de la grippe aviaire.
© maxppp / OLIVIER BLIN
Une zone de surveillance sur 10 km a été décrétée le 21 décembre 2015, par arrêté préfectoral, et concerne 4 communes corréziennes : Birgnac-la-Plaine, Cublac, Louignac, et Perpezac-le-Blanc. Il n’y a pas de foyer de la grippe aviaire en Corrèze. Uniquement en Dordogne, dans la proche commune du Lardin-St-Lazare.

6 exploitations contraintes par la zone de surveillance


Sur les 4 communes placées sous surveillance, 6 exploitations de volailles sont concernées et font l’objet de mesures restrictives. L’accès y est limité. Les mouvements d’œufs ou de volailles sont interdits, sauf dérogations. Des visites de vétérinaires sont prescrites par la direction département de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) pour contrôler l’état des animaux.

Zone de restriction décrétée pour 11 comunes de Corrèze


11 autres communes corréziennes sont passées en zone de restriction : Saint-Robert, Ayen, Saint-Cyprien, Saint-Aulaire, Yssandon, Mansac, Saint-Pantaléon-de-Larche, Larche, Saint-Cernin-de-Larche, Estivals, et Chartrier-Ferrière.

Dans cette zone, les exploitations ainsi que les détenteurs d’oiseaux sont eux aussi soumis à certaines dispositions :

Zone de surveillance / Zone de restriction : quelle différence ? 


Le Limousin est concerné par différentes zones, mises en place pour lutter contre la grippe aviaire.

La zone de restriction dépend d’un nouveau cadre de lutte contre la maladie adopté le 18 décembre par le ministère de l’agriculture. L’attention est portée sur tout le Sud Ouest et 8 départements dont la Haute-Vienne sont placés en zone de restriction.
Elle impose des démarches pour limiter les facteurs de risques. Ce sont des mesures de nettoyage et de désinfection. Il s’agit aussi de restreindre les mouvements des volailles.

Le périmètre de la zone de surveillance est de 10 km autour d’un foyer pathogène. Elle implique des mesures supplémentaires, comme la visite systématique de vétérinaire ou des restrictions d’accès aux exploitations.

Une autre zone dite de protection est mise en place dans un rayon de 3 km quand un foyer de la maladie est avéré. Elle a été appliquée à la commune des Billanges, quand le seul foyer de grippe aviaire en Haute-Vienne a été identifié le 9 décembre 2015. L’élevage de volaille a été abattu.

L'interdiction de chasse sur les communes des Billanges, Les Billanges, La Jonchère Saint-Maurice, Jabreilles les Bordes, Sauviat-sur-Vige, Le Chatenet en Dognon et Saint-Laurent les Églises n'est plus effective. 

Ce 22 décembre, 61 foyers de grippe aviaire ont été recensés dans 6 départements du Sud-Ouest, le premier en Dordogne.
Quid de la grippe aviaire ?

L’influenza aviaire est une maladie animale très contagieuse. Elle fait partie des dangers sanitaires de première catégorie.
Toutes les espèces d’oiseaux domestiques ou sauvages sont concernées par cette maladie. Elle dégrade l’état de santé de l’oiseau jusqu’à la mort. La vaccination n’est pas autorisée en France. Quand un foyer est repéré, les animaux sont abattus.
La consommation de produits issus de volailles ne présente pas de risque pour la santé de l’homme. Le 14 décembre 2015, l’ANSES a déclaré que cette souche du virus H5N1 n’était pas dangereuse pour l’homme.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie santé société