Le retour du gel inquiète les pomiculteurs du Limousin, alors que les fleurs se transforment en petites pommes

Malgré le froid qui s'est abattu sur le Limousin, les pomiculteurs ne déplorent pour l'instant aucune perte. Mais le froid risque de s'intensifier d'ici à la fin du weekend.

La nuit 18 au 19 avril 2024 a été courte pour les pomiculteurs du Limousin.

À Juillac (19), Jérôme Le Solliec s'est levé à 3 h 30 du matin pour regarder le thermomètre et éviter que ses 25 hectares de pommiers ne gèlent : "La température est descendue à -1,5 degré vers 5 heures. Il peut y avoir des dégâts à partir de -2. En ce moment, les pommes sont toutes petites et très sensibles."

Jérôme Le Solliec a déclenché son système d'aspersion sur les sept hectares de ses vergers sur lesquels il fait le plus froid. Les fleurs et petites pommes ont ainsi été enrobées d'une fine couche de glace pour les protéger.

Ce système a coûté 80 000 euros à Jérôme Le Solliec, mais devrait lui permettre cette année encore de protéger sa production de goldens du Limousin.

Vague de froid

Les nuits seront courtes dans les prochains jours où il faudra être très vigilants. Dans les endroits les plus froids en Corrèze et Haute-Vienne, les températures sont descendues à -1,8 degré la nuit dernière.

Les -2 degrés devraient être atteints dans la nuit de dimanche à lundi. Selon Laurent Rougerie, président de l'AOP Pommes du Limousin, "Si pour l'instant, on a eu aucune perte quantitative, on va dépasser le seuil critique de température à la fin du weekend".

Pour se protéger, les pomiculteurs ont pour la plupart investi dans des systèmes d'aspersion, mais aussi dans des tours à vent, qui permettent de brasser l'air le plus froid pour qu'il ne stagne pas.

En Limousin, les bougies à la paraffine, qui permettent de réchauffer l'atmosphère, sont très peu utilisées.