Route des maçons de la Creuse : première étape de Felletin à Bourges

C'est parti ! Les jeunes apprentis tailleurs de pierre du lycée des métiers du bâtiment ont pris la route. Direction Paris, sur la trace des maçons de la Creuse. Première étape ce 20 septembre 2021, de Felletin jusqu'à Bourges.

Faciès grimaçant en tête de gondole sur un brancard porté par de jeunes tailleurs de pierre. Les habitants de Felletin ont eu droit à une drôle de vision ce matin au réveil. Nez à nez avec la reproduction d'une garouille de Notre Dame de Paris. Dès 8h les jeunes apprentis du lycée des métiers du bâtiment ont quitté l'établissement avec leur oeuvre. Direction : Paris. Un projet que nous vous présentions dans un précédent article

Mais avant de battre le pavé de la capitale, première escale au Moutier d'Ahun. Haut lieu du patrimoine Creusois. Un monastère y a été fondé un peu avant l'an mil par Bozon 1er, comte de la Marche. "Les gens pensaient que l'an mil ça serait la fin du monde, alors il valait mieux se mettre bien avec le bon Dieu et à l'époque, si vous aviez les moyens, il n'y avait rien de mieux que de fonder un monastère". Jean Martin se charge de la partie historique. 

Style architectural, histoire des lieux, de la communauté monastique, les jeunes n'en perdent pas une miette. "C'est sympa cette visite. Les styles renaissance, gallo-romain, on nous l'a expliqué en cours mais le voir en réél c'est plus agréable" explique Quentin élève de bac Art de la pierre. Propriétaire des lieux, Jean Martin emmène le groupe des jardins de l'ancien monastère jusqu'au saint des saints : le coeur de l'église abbatiale et ses magnifiques boiseries baroques. "Regardez le boulot, pour les scuplteurs sur bois, c'est pas mal !"

Un ouvrage qui date de 1681. Aigles, chiens, figures enturbannées, les sculptures sont dans un état de conservation exceptionnel. Les téléphones crépitent et à la sortie, des petites étoiles se sont allumé dans les yeux des apprentis. Axel est encore sous le charme.  

Ce qui m'a le plus choqué, ce sont les pièces en bois. Je trouve ça tellement beau et j'imagine le temps que ça a dû prendre, tailler ça dans un seul tronc. ça nous inspire et ça donne envie de continuer les études, de travailler et de nous dépasser". Jean Martin est en grande partie à l'origine du projet. En tant que président de la société des membres de la légion d'honneur, il voulait promouvoir l'apprentissage. 

"On dit beaucoup de choses sur la jeunesse de la France et c'est souvent dit par des gens qui ne la connaissent pas beaucoup. On est déterminés à aider ces jeunes. Ils ont choisi un parcours tout à fait respectable, une filière d'excellence qui leur permettra d'arriver au maximum de leur talents" 

Après le Moutier, direction Toulx Sainte Croix et la Châtre où les apprentis sont allés à la découverte d'un centre de formation pour la sculpture sur bois. Dans la soirée, ils arriveront à Bourges pour une visite de la capitale du Berry de nuit. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société notre-dame de paris culture patrimoine apprentissage