Affaire Théo : l'Avocat général requiert 20 ans de réclusion criminelle contre Jean Bera

La quatrième et dernière journée du procès de l'affaire Théo a lieu jeudi 24 janvier 2019 devant la Cour d'Assises de Guéret. L'Avocat général a requis 20 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 13 ans. Le verdict est attendu dans l'après-midi.

L'Avocat général a présenté ses réquisitions jeudi 24 janvier dans la matinée.
L'Avocat général a présenté ses réquisitions jeudi 24 janvier dans la matinée. © Isabelle Rio - France 3 Limousin
Quelle sera la peine pour Jean Bera, le meurtrier présumé du jeune Théo, tué d'un tir de fusil de chasse à Chambon-sur-Voueize, en août 2016 ? La réponse est attendue ce 24 janvier 2019, dans l'après-midi.

Dans la matinée, l'Avocat général a présenté ses réquisitions.

Le ministère public demande vingt ans de réclusion criminelle, avec une période de sûreté, incompressible, de treize ans.

Un suivi socio-judiciaire de dix ans est demandé à la sortie de prison. Jean Bera sera également dans l'interdiction de détenir et de porter une arme, a demandé l'Avocat général. 
 

La "sincérité" au coeur de la défense

L’avocat du meurtrier présumé a plaidé la sincérité du tôlier-chaudronnier retraité. Il n'aurait jamais eu l'intention de tuer le jeune homme, simplement de l'intimider.

Tout au long de la plaidoirie, la défense s'est attachée à rendre le suspect plus humain au yeux de la Cour. Elle a insisté sur le fait que Jean Bera vivait seul depuis 37 ans et qu'il aspirait à une retraite tranquille.

Isabelle Rio, journaliste France 3 Limousin, était présente aux Assises :  
L'accusé avait repris un chien de chasse à la SPA, dans l'espoir de pratiquer à nouveau la chasse. 

"Mais pourquoi ce jeune n’est pas parti quand je le lui ai demandé ?", a demandé Jean Bera à l'avocat en charge de sa défense depuis début janvier.
 
La veille, les experts psychologues et psychiatriques avaient décrit la personnalité du suspect comme égocentrée, impulsive, orgueilleuse, avec une paranoïa pathologique mais aussi sensible, honnête, franche.

On saura dans l'après-midi si la Cour d'Assises et les jurés prendra en compte la "franchise" de Jean Bera dans son verdict. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers assises justice société affaire théo
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter