Guéret : la mission locale de la Creuse, qui accompagne 1 400 jeunes par an, fête ses 20 ans

Publié le
Écrit par Justine Salles et Frédéric Cano

Créée en 2002, la mission locale de la Creuse accompagne environ 1 400 jeunes âgés de 16 à 25 ans par an dans leurs projets professionnels. Mais depuis le confinement, des problématiques sociales ont fait surface.

Accompagner la jeunesse dans ses projets professionnels, définis ou non, c’est l’objectif de la mission locale de la Creuse (23), qui fête ses 20 ans d’existence. Pour célébrer cet anniversaire, ce 18 novembre 2022, une journée de rencontre entre les jeunes bénéficiaires, les employeurs et les organismes de formation était organisée à Guéret (23).

Née en 2002, la Mission locale est financée par l’Etat, la Région Nouvelle-Aquitaine et le Conseil départemental. L'occasion d'organiser une journée de rencontre à Guéret entre les jeunes bénéficiaires, les employeurs et les organismes de formation.

“Il y a de plus en plus de jeunes qui franchissent les portes de la mission locale”, affirme Elisabeth Saez, directrice de la mission locale de la Creuse depuis 2006. Dans le département, environ 1 400 jeunes de 16 à 25 ans bénéficient en effet de l’aide de l'organisme.

“Je voulais m'engager dans le monde du travail, mais je ne savais pas comment” 

L’organisme a aidé la jeune Clémence, artiste en herbe, à trouver le courage d’exposer ses dessins et d'envisager d'en faire son métier : “J’ai de nouveaux objectifs pour travailler. Ça m’a aidé à trouver des stages et maintenant je propose mes dessins, chose que je n’aurais jamais fait avant, c’est une première."

Victor, 21 ans, a, lui aussi, gagné en confiance grâce à la mission locale. C’est sous le conseil de ses parents qu’il a sauté le pas. “Ils m’ont d’abord conseillé de m’inscrire à Pôle emploi, puis j’ai choisi un contrat engagement jeune”, soit une quinzaine d’heures passées par semaine autour d’ateliers comme la préparation d’un CV. “Ça m’a permis de découvrir des compétences que je ne soupçonnais pas du tout”, se réjouit le jeune homme. “Je voulais m'engager dans le monde du travail mais je ne savais pas comment”, raconte-t-il.

Après une semaine de stage en immersion, il rejoint aujourd'hui une alternance d’un an en études de technicien du bâtiment, alternant apprentissage dans une entreprise et école à Bellac (Haute-Vienne). 

Lever les freins professionnels... et sociaux 

Intervenant dans le domaine professionnel, les agents sont de plus en plus amenés à traiter des problématiques sociales, notamment depuis le confinement.

Pendant cette période, les jeunes se sont trouvés isolés, sans rien faire et ils ont eu du mal à revenir à la mission locale. A leur retour, énormément de problématiques sociales ont émergé.

Elisabeth Saez, directrice de la mission locale de la Creuse

Face à cela, l’équipe a dû se réadapter, “être plus attentif, proposer d’autres choses comme des chantiers participatifs où le jeune réapprend à vivre en groupe, à se lever le matin et à travailler ensemble...” explique Elizabeth Saez.

Accompagnement d’une centaine de réfugiés 

En Creuse, la mission locale accompagne également une centaine de réfugiés. “On est en lien avec l’OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) qui les oriente vers des cours de français langue étrangère puis on intervient pour l’insertion professionnelle. On travaille beaucoup avec les chantiers d’insertion, intérim... Dans la région, l’intégration est plutôt bonne”, conclut Fabien Mounier, qui travaille à la mission locale depuis deux ans.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité