Pouvoir d'achat : en milieu rural, le prix des carburants est difficilement soutenable

A moins d'un mois de l'élection présidentielle, le pouvoir d'achat est au cœur des préoccupations. C'est ce qui ressort de l'enquête Ma France 2022 réalisée en partenariat avec France Bleu. Le prix des carburants cristallise les inquiétudes en ce moment. En ville mais surtout en zone rurale.

Au moment de faire son plein à la pompe, comment ne pas faire la grimace ? Arnaud Rivaud remplit le réservoir de son diesel. La barre symbolique des deux euros a été franchie. 10 litres c'est 20 euros dépensés. "Ca commence à taper un peu" explique Arnaud, un brin consterné. Dans un département rural comme la Creuse où la plus grande partie des déplacements se fait en voiture, l'addition à la pompe est lourde, trop lourde.

Arnaud est manœuvre intérimaire. Habitant près de Pontarion, il se déplace aujourd'hui sur un chantier situé à Lépinas, à une dizaine de kilomètres de chez lui. Une distance qui reste raisonnable. "C'est que de la petite route, ça consomme un peu quand même".

S'il fallait aller plus loin, il y regarderait à deux fois. Le carburant a atteint un tel niveau qu'il dissuade certains intérimaires d'aller travailler. La paye encaissée ne compense plus assez l'argent dépensé pour le déplacement. Les salariés sont donc amenés à renégocier leur contrats. Les agences et les employeurs doivent s'adapter. Il s'échinent désormais à trouver des missions au plus près des domiciles des salariés. 

"Des travailleurs n'ont pas souhaité continuer à faire la route à plus de 30 ou 40 kilomètres à cause du coût de l'essence. Ils n'ont pas trésorerie pour. Ils préfèrent arrêter la mission et êtres indemnisés par Pôle Emploi", explique Séverine Carenton, responsable de l'agence Optineris de Guéret. 

Un cas de figure qui se pose de plus en plus souvent. 

Les charges fixes représentent en moyenne 30% du budget familial. Elles augmentent dans de telles proportions que les petits salaires sont obligés de rogner sur leurs autres dépenses. Les loisirs en pâtissent mais pas seulement. L'alimentation en joue aussi la variable d'ajustement. 

"On voit une explosion du nombre d'associations adhérentes à la Banque Alimentaire. Les gens font des économies sur la nourriture et finissent par avoir besoin d'une aide alimentaire. C'est une économie d'une centaine d'euro dans un budget" explique Mireille Bréchet, présidente de la Banque Alimentaire de Haute-Vienne, invitée de l'émission Dimanche en Politique.

Dimanche en politique, le 20 mars à 11h

Une émission spécialement dédiée au pouvoir d'achat suite à la consultation Ma France 2022

Pour évoquer cet enjeu de l'élection, Annaïck Demars reçoit Jacques Robert, président de l’UFC que choisir Nouvelle-Aquitaine, Kenza Derki, vice présidente pour les étudiants à l'université de Limoges, Patrick Porée, ancien gilet jaune en Creuse, co-fondateur de la Ligue citoyenne, Aymeric Broussaud, PDG des chaussettes Broussaud (87) et Thomas Marty, chercheur en sciences politiques à l’Université de Limoges.  

Dimanche en politique, émission spéciale Pouvoir d'achat, c'est dimanche, 20 mars, à partir de 11h sur France 3 Nouvelle-Aquitaine. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité