Cet article date de plus de 4 ans

Les "réunionnais de la Creuse" veulent que leur histoire entre dans les manuels d'histoire

Le 18 février prochain, deux ans après la reconnaissance par l'Assemblée Nationale de la responsabilité de l'Etat dans l'exil forcé de 1600 enfants réunionnais en métropole, une commission va se mettre en place sur ce sujet sous l'égide du ministère des Outre-Mer.
Les associations sont impatientes.

Stèle dédiée aux enfants réunionnais exilés de force en métropole devant l'aéroport Roland Garros à Sainte Marie de la Réunion
Stèle dédiée aux enfants réunionnais exilés de force en métropole devant l'aéroport Roland Garros à Sainte Marie de la Réunion © France Télévisions
En février 2014, la députée de la Réunion Ericka Bareigts l'avait promis : après la reconnaissance solennelle par la Nation du drame subi par les enfants réunionnais exilés, une commission d'experts serait mise en place pour plancher sur le sujet et proposer des mesures concrètes.

Le 18 février prochain, deux ans jour pour jour après l'adoption de la motion mémorielle par l'Assemblée Nationale ce sera chose faite. C'est ce que leur a promis la semaine dernière une conseillère de la Ministre des Outre-Mer George Pau-Langevin.

Les membres de cette commission, des personnalités qualifiées, ne sont pas encore tous connus mais elle devrait compter dans ses rangs d'éminents historiens, géographes ou sociologues comme Philippe Vitale, un des meilleurs connaisseurs du dossier des "réunionnais de la Creuse".

Pour les associations de pupilles, regroupées depuis cette année sous l'égide de la Fédération des Enfants Déracinés des Départements et Régions d'Outre-Mer (FEDD), il était plus que temps.

Les responsables de cette fédération espèrent que le travail de cette commission va débloquer les portes pour satisfaire un certain nombre de leurs revendications.
Parmi les plus importantes : un travail scientifique pour inscrire l'histoire des enfants réunionnais dans l'histoire de France et dans les manuels scolaires, la reconnaissance de cet épisode comme "crime contre l'enfance", un accès total des anciens pupilles à leur dossier administratif, le droit de retrouver leur identité d'origine (elle avait parfois été changée) et bien sûr, l'octroi d'un billet d'avion vers la Réunion pour les exilés de force, certains n'ayant jamais pu revenir dans leur île natale depuis leur enfance.

VIDEO : l'interview de Mazou Chardenet, membre de la Fédération des Enfants Déracinés des Départements et Régions d'Outre-Mer
durée de la vidéo: 00 min 51
Interview de Mazou Chardenet


VIDEO : retour sur l'histoire des "réunionnais de la Creuse" dans un documentaire de Pascal Coussy et Philippe Dupont (2003)

durée de la vidéo: 53 min 19
"Racines en l'air" ©France 3 LPC 2003

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réunionnais de creuse histoire politique