Dernier entraînement de Muriel Hermine à Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres)

Le titre de championne du monde de natation synchronisée est le dernier qui manque au palmarès de Muriel Hermine. Et, qu'importe ses 51 ans, la nageuse est bien décidée à aller le chercher !

4 fois championne d'Europe, 12 fois championne de France, Muriel Hermine a déjà plus que marqué la natation synchronisée. C'est finalement sa troisième carrière de coach et de conseil en entreprise qui la ramène vers le monde sportif. Souvent confrontée à des quadragénaires et quinquagénaires se sentant "périmés" pour le marché du travail, elle a voulu incarner un message positif, de réussite et s'est lancée un défi : aller chercher cette fameuse médaille manquante.
Marie-Ange Cristofari et Stéphane Bourin sont allés la rencontrer lors de son dernier entraînement. Voici leur reportage, monté par Damien Dubois.

La multiple championne de natation synchronisée part à la conquête, à 51 ans, du titre mondial manquant à son palmarès.
Les championnats du monde de natation ont déjà débuté à Kazan, en Russie, l'épreuve de natation synchronisée est prévue pour mercredi prochain, le 5 août.

Pendant 3 semaines, elle a choisi la modeste piscine de Sauzé-Vaussais, garantie d'entraînements plus tranquilles. Muriel Hermine est originaire de ce petit coin tranquille des Deux-Sèvres.

J'ai une maison familiale dans les environs de Sauzé-Vaussais, je voulais m'échapper de Paris, beaucoup de sollicitations me détournaient de mon entraînement... Ici, j'ai été accueillie comme une princesse, je suis dans des conditions excellentes, j'ai ma famille autour de moi


Un sacré défi sportif après 17 ans loin des compétitions de haut-niveau. Muriel Hermine s'est entourée de toute une équipe : son compagnon Xavier filme chacun de ses entraînements, comme vous pouvez le voir dans ce reportage. Mais elle a également à ses côtés un préparateur mental et diététicien, un préparateur physique et acupuncteur pour venir à bout des tracas du corps lié à la ménopause, et bien sûr son entraîneur fétiche, comme elle le dit elle-même, Françoise Noyer.
 

En bonus, voici une petite séquence "comme un poisson". Stéphane Bourin est un habitué des plongées pour filmer. Cette fois-ci, pas de bouteilles ni de grands courants, un masque, un tuba et une paire de palmes auront suffi à le rapprocher de notre nageuse, avec le challenge, pour lui, de ne pas gêner Muriel Hermine dans sa chorégraphie. La caméra utilisée est une GoPro.