Cet article date de plus de 3 ans

Assises des Deux-Sèvres : place aux témoins et aux victimes

Un homme de 42 ans comparait depuis hier devant la Cour d’assises des Deux-Sèvres. Il est accusé d’avoir sciemment transmis le VIH à trois de ses compagnes. Ce mardi, la cour a pu entendre plusieurs femmes, témoins ou victimes de l'accusé.
Le banc des parties civiles aux assises des Deux-Sèvres en novembre 2017
Le banc des parties civiles aux assises des Deux-Sèvres en novembre 2017 © France 3 Poitou-Charentes - A. Morel
Entre les murs du tribunal de Niort où siège actuellement la Cour d'assises, ce sont des témoignages difficiles, des pleurs, qui ont été entendus aujourd'hui. Ceux de femmes, d'anciennes partenaires ou compagnes de l'accusé, Sékou C. aujourd'hui séropositives. Toutes accusent l'homme de 42 ans des les avoir contaminées avec le virus du VIH, sciemment.

Antoine Morel suit les débats pour France 3 Poitou-Charentes. Il partage les débats sur son compte Twitter avant de faire pour chaque édition un compte-rendu d'audiences (à voir plus bas), voici quelques-uns de ses tweets :##fr3r_https_disabled####fr3r_https_disabled####fr3r_https_disabled##

Ceci n'est qu'une petite partie des échanges qui ont pu se tenir aujourd'hui à l'audience. Voici le compte-rendu de cette journée d'audience avec Antoine Morel, Stéphane Hamon et Philippe Ritaine :

Assises des Deux-Sèvres : place aux témoins et aux victimes
Ce soir, les avocats des parties civiles ont commencé à plaider. Un verdict est attendu demain dans la journée.
Sékou C. comparait pour administration de substance nuisible avec préméditation ou guet-apens suivi de mutilation ou infirmité permanente. Il encourt jusqu'à 15 années de réclusion. 
Maître Patricia Coutand et son client Sékou C., le mardi 14 novembre.
Maître Patricia Coutand et son client Sékou C., le mardi 14 novembre. © France 3 Poitou-Charentes - A. Morel
► Vous pouvez suivre sur le compte Twitter d'Antoine Morel, journaliste de la rédaction de France 3 Poitou-Charentes, les débats de ce procès.

Un verdict est attendu demain mercredi.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société sida santé