Confinée par erreur comme cas contact au Covid-19, Jeanne, 14 ans, coincée seule à Malte

Publié le Mis à jour le

Une jeune fille des Deux-Sèvres, qui participait à un séjour linguistique à Malte, a été confinée par erreur comme cas contact au Covid-19. Ce dimanche, après un nouveau test, elle a enfin retrouvé ses proches.

C'est le soulagement après une semaine d'angoisse pour cette famille des Deux-Sèvres... Jeanne, 14 ans, est restée confinée plusieurs jours toute seule à Malte dans une chambre d'hôtel.

En raison d'un cas positif dans le groupe de jeunes en séjour en même temps qu'elle, elle a été considérée comme cas contact par l'organisateur de son voyage. Elle est donc confinée. Un moment d'isolement à contre-courant des vacances espérées et plutôt difficile à vivre.

Je passais mes journées à attendre, sans information, ça a été long, difficile... Je voulais vraiment retourner en France.

Jeanne, habitante de Marigny

Histoire d'un séjour linguistique qui tourne mal

Soutenue par ses proches à distance, Jeanne est finalement rentrée chez elle dimanche... Mais aujourd'hui, ses parents considèrent que l'organisme de ce voyage n'a pas été à la hauteur...

L'école, on avait des difficultés à les avoir, quand on les avait, on avait des informations contradictoires. Il y avait vraiment un souci sur place mais pour eux, il n'y avait pas de problème, donc obligés d’appeler l’ambassade, nos élus pour qu’ils puissent se faire le relais, ils ont été réactifs, heureusement, pour faire bouger les choses et avoir des informations parce qu’on n'avait pas d’information !

Estelle, Maman de Jeanne

L'école en question s'appelle EF...  Mais pour son directeur de communication, tout a été fait dans les règles pour rassurer les familles.

On a essayé d’être dans l’urgence, dans l’application de ce qu’on pouvait faire, on a mis en place des résidences, une ligne d’urgence sept jours sur sept, 24 heures sur 24. Alors oui forcément, c’est pas l’idéal, c’est peut-être pas ce que les parents imaginaient. On sait qu’on a fait le maximum et qu’on a mis en place toutes les structures aussi bien logistiques, qu'humaines pour répondre le plus rapidement possible.

Amaury Pellegrin, directeur de la communication d'EF France

Pour Jeanne et Estelle, les vacances peuvent enfin reprendre leur cours normal... Même si elles resteront mobilisées pour que d'autres familles ne vivent pas la même mésaventure...