Explosion des ventes et délais de réparations : la ruée vers le vélo se poursuit même en plein mois d'août

Vous espériez vous mettre au vélo à la rentrée ou faire réparer votre biclou avant septembre ? Il va falloir patienter... Car chez les réparateurs et vendeurs de cycle, l'affluence post-confinement se poursuit. Exemple dans les Deux-Sèvres.
Dans ce magasin de vélos de Niort, l'activité de vente et réparation est en hausse de 80% par rapport au mois d'août 2019.
Dans ce magasin de vélos de Niort, l'activité de vente et réparation est en hausse de 80% par rapport au mois d'août 2019. © France 3 Poitou-Charentes
Même en plein mois d'août, la ruée vers le vélo se poursuit. "C'est quelque chose de perceptible tous les jours : on le remarque avec l'affluence en magasin, et les stocks de nos fournisseurs qui sont extrêmement bas. C'est un phénomène national, et même européen" estime Cyril Buret, co-gérant du magasin Culture Vélo, à Niort dans les Deux-Sèvres.

Des records de vente

Comment explique-t-il cet engouement massif ? Envie de prendre l'air, prise de conscience écologique pendant le confinement, coup de pouce de l'Etat de 50 euros pour les réparations, vacances sportives à proximité...les raisons sont multiples, énumère le vendeur.

Son enseigne enregistre des records : l'activité de vente et réparation est en hausse de 80% entre août 2019 et 2020 !

Plus d'un mois d'attente 

Conséquence : il est parfois difficile de trouver chaussure à son pied, ou plutôt bicyclette à son séant, tant les magasins sont pris d'assaut. Et pour faire réparer son vélo, il faudra patienter, en moyenne un mois et demi chez Décathlon à Niort. 

Le marquage bientôt obligatoire 

Une fois le vélo acheté, comment ne pas se le faire dérober ? Avec près de 400.000 vols de bicyclettes chaque année en France, c'est difficile.

Si l'achat d'un solide antivol est indispensable, le marquage du vélo peut aussi permettre de le retrouver plus facilement en cas de disparition malheureuse. Il consiste à graver sur le vélo un numéro associé à son propriétaire. 

"Sur les 400.000 vélos volés chaque année, il y en a 150.000 retrouvés, dont la plupart ne sont pas marqués. Et donc on ne sait pas à qui sont ces vélos, c'est vraiment dommage" déplore Patrice Bohmert, de l'association VillOvélO à Niort. Ce mercredi, une opération d'identification gratuite était d'ailleurs organisé par l'association, en partenariat avec la préfecture des Deux-Sèvres. 

À partir de 2021, le marquage des vélos sera obligatoire, comme le prévoit la loi d'orientation des mobilités adoptée en 2019. 

Regardez le reportage de Valériane Gouban et Luc Barré : 
Explosion des ventes et délais de réparations accrus : la ruée vers le vélo se poursuit
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports covid-19 santé société