L'épicier Alexis Bécot défend ses convictions avec une pétition, et au quotidien

Publié le

Commerçant dans le village de Saint-Martin-de-Sanzay, en Nord-Deux-Sèvres, le jeune homme a lancé une pétition contre l'installation de deux nouveaux fast-foods en périphérie de Thouars. Une manière pour lui de lancer l'alerte et de plaider pour d'autres modèles.

Moins mais mieux. C'est le crédo d'Alexis Bécot. Consommer plus raisonnablement. Alors quand il a eu vent de l'installation prochaine de Burger King et de Buffalo Grill, aux abords de Thouars, il n'a pas voulu rester bras croisés. Il fait circuler une pétition.

Une démarche symbolique

"On sait que c’est difficile de stopper ce genre de projet, on voudrait qu’il y ait un dialogue. Quand on en parle autour de nous, c’est tout l’un ou tout l’autre. Le but de cette pétition, c'est d'interpeller les élus."

Alexis Bécot a ouvert depuis deux ans et demi une épicerie, dans un petit village. Bien sûr il y a quelques produits de dépannage, mais l'essentiel de ses marchandises est local. Pour lui, l'arrivée de ces chaînes (américaine pour Burger King, et française pour Buffalo Grill) est en contradiction avec les besoins du territoire.

On est en 2022, on sait que ce genre d'alimentation est mauvaise !

Alexis Bécot, épicier à Saint-Martin-de-Sanzay (79)

 "Il y a déjà un Mac Do' à Thouars, pourquoi proposer encore ce genre d’alimentation aux jeunes ? En 2022, on sait que ce genre de nourriture est mauvaise, pour l'environnement, pour la santé... Pour moi, ça ne va pas !"

Ces restaurants-là, Alexis estime qu'ils sont à l'exact opposé de ses convictions. Originaire de Missé (ancienne commune fusionnée avec Thouars), il est parti à Angers pour ses études, puis autour du monde. De ses voyages, il est revenu avec une prise de conscience et l'envie de faire bouger les choses.

"C’est par notre consommation alimentaire que ça s’est construit. Ça découle aussi de rencontres, de choses vues. Quand on revient sur le territoire de l’enfance, ça prend encore plus de sens. J'avais envie de concrétiser ça professionnellement, que mon activité soit en accord avec mes convictions, mes démarches personnelles, de sentir un réel impact."

L'alimentation, point central

En faisant leurs courses, Alexis et sa femme Carolina se rendent vite compte que, dans un rayon de 50 km autour de Thouars, il est possible de s’alimenter sur le territoire, sans passer par le supermarché.

On peut tout trouver !

Alexis Bécot, épicier à Saint-Martin-de-Sanzay

Pour lui, il y a d’autres modèles. L'autonomie alimentaire n'est pas une utopie. Avec une quarantaine de producteurs commercialisés, il la pratique et la propose à ses clients, dans le respect de la saisonnalité des fruits et des légumes. "Il y a une vraie pédagogie à faire ! Si on veut des aliments nutritifs, on n'achète pas de tomates en hiver au supermarché. Ce sont grâce à ces choix que l'épicerie fonctionne et a réussi à fidéliser"

Seul bémol dans cette aventure jusque-là, beaucoup d'habitants du village n'ont pas encore poussé la porte de ce commerce, arrêtés peut-être, pense Alexis, par leurs a priori sur le prix du bio. "C'est vrai qu'un fromage de chèvre, par exemple, va être sept centimes plus cher, mais il permet de faire vivre le producteur d'ici". Un producteur qui peut-être envoie ses enfants à l'école du coin...

Faire germer de nouvelles idées

Pour remédier à cette relative frilosité, Carolina et Alexis ont écrit un petit texte, une sorte de lettre ouverte qu'ils distribuent en ce moment dans les boîtes aux lettres pour expliquer leur démarche, ses intérêts et inviter leurs voisins à les rejoindre. Un premier pas qu'ils vont compléter bientôt par une réunion d'échanges. "J'aimerai trop faire une réunion avec tous les habitants sur la place du village !" s'enthousiasme Alexis.

Il espère que ses convictions de consommation plus raisonnable deviennent pour d'autres bien plus qu'une signature sur une pétition ou une bonne résolution.