Mobilisation contre l'expulsion d'une jeune arménienne et de sa maman près de Niort

Publié le
Écrit par Olfa Ayed .

Professeurs et personnels du collège Emile Zola à Prahecq (Deux-Sèvres) se mobilisent contre l'expulsion vers l'Arménie d'une élève de 13 ans et de sa maman. Leur OQTF arrive ce vendredi à échéance. Ils demandent à la préfète sa suspension.

"Non à l'expulsion de Naré et de sa maman." Voilà le titre de la pétition en ligne lancée par les professeurs et personnels du collège Emile Zola de Prahecq, près de Niort (Deux-Sèvres) mercredi 23 novembre. En 24 heures, elle a récolté plus de 800 signatures. Cette mobilisation numérique s'ajoute à celle qui s'est déroulée devant l'établissement hier à la mi-journée. Les soutiens de l'élève de 13 ans et de sa maman se sont réunis contre son expulsion. Venues d'Arménie il y a 5 ans, elles sont sous le coup d'une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui arrive à son terme ce vendredi 25 novembre.

Une OQTF est une décision prise par le préfet, notamment en cas de refus de délivrance de titre de séjour ou de séjour irrégulier. Elle est délivrée à un étranger qui ne possède pas les documents l'autorisant à rester en France. Les personnes concernées doivent alors quitter le territoire dans un délai de 30 jours. Dans des situations limitées, elle peut aussi obliger à quitter la France sans délai. Un recours est possible. 

Une OQTF à échéance ce vendredi 25 novembre

"C’est une élève qui est très sympathique, altruiste, agréable, studieuse. Elle est motivée et elle bosse vraiment bien", insiste Agathe Briand, assistante d'éducation au collège.

La question, c’est : pourquoi Naré et sa mère doivent retourner dans le pays qu’elles ont décidé de quitter ?

Agathe Briand, assistante d’éducation au collège Emile Zola

France 3 Poitou-Charentes

L'Arménie est, depuis deux mois, en proie à une reprise des tensions avec l’Azerbaïdjan. Plus de 200 militaires arméniens ont été tués, dont trois civils dans les pires affrontements frontaliers depuis la guerre de 2020, rapporte le journal Le Monde.

"Nous, les enseignant·es, les personnels du collège, ses camarades, ses ami-es, ses proches, ses voisin-es, les parents d’élèves, ne voulons pas que cette chance lui soit brutalement retirée, elle qui a surmonté tant de difficultés avec tant de courage, elle qui a tant progressé", est-il écrit sur la pétition. Ils demandent à la préfète des Deux-Sèvres de "revoir la situation de Naré et de sa maman, d’annuler l’OQTF qui les vise", pour permettre à la jeune fille de poursuivre ses études.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité