Sport : l'équipe féminine de handball de Celles-sur-Belle entame sa campagne de préparation

L'heure de la reprise a sonné pour l'équipe de handball féminine de Celles-sur-Belle. Les deux-sévriennes entament leur campagne de préparation ce vendredi 14 août face à Fleury-Les Aubrais.

L'équipe de Handball féminine de Celles-sur-Belle reprend l'entraînement
L'équipe de Handball féminine de Celles-sur-Belle reprend l'entraînement © Loïc Gazar / France Télévisions
L'équipe de handball de Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres) reprend l'entraînement ce vendredi 14 août face à Fleury-Les Aubrais avec pour objectif, cette saison, de monter en première division. "On était impatientes de reprendre parce que ça faisait plusieurs mois qu'on était à l'arrêt", se réjouit Justine Hicquebrant l’une des joueuses.

Les sportives seront épaulées par leur nouvel entraîneur Thierry Vincent, champion de France de première division en 2010 et vainqueur de deux coupes de France avec Toulon. Une chose est sûre : il a l’expérience du haut-niveau. Et son credo, c’est la communication.
 

J'aime bien avoir un groupe qui vit bien parce que je pense qu'avec un groupe qui vit bien, les résultats sont plus faciles derrière. Il y en a qui ont des projets de jeu de 30 pages et moi c'est de jouer en courant. Voilà, c'est tout. En trois mots. 

Thierry Vincent, nouvel entraîneur de l'équipe féminine de handball de Celles-sur-Belle

 

Une équipe coupée dans son élan en raison du coronavirus

La saison dernière, les deux-sévriennes, pourtant en bonne position avant l'arrêt du championnat en raison de l’épidémie de coronavirus, n'avaient  pas accédé à l'élite sur décision des instances : la Fédération française de handball avait annoncé le 10 avril qu’il n’y aurait pas de descente en première division féminine mais qu’en revanche, les deux premières équipes VAP (semi-professionnelles) accèderaient à l’étage supérieur. La décision jugée "arbitraire" par le Président du club avait également offusqué les joueuses qui avaient dénoncé dans un communiqué un "manque d'équité sportive".
 
 
Mais les sportives veulent désormais se tourner vers l’avenir. "Je pense qu'on a toutes digéré les décisions qui ont été prises. Maintenant, c'est une nouvelle saison, on se concentre sur celle-ci", assure Justine Hicquebrant. Pour atteindre leur objectif, les Deux-Sévriennes comptent notamment sur le renfort de leurs recrues, et en particulier celui de Karichma Ekoh, Championne d'Europe junior avec la France en 2017, meilleure espoir de D1 il y a deux saisons, la joueuse formée à Nantes vient avec ambition. "On va mettre les chances de notre côté, c'est nous qui avons les cartes en main et on va essayer de faire au mieux pour gagner tous les matchs et forcément on va essayer de monter", déclare la jeune femme.


Monter en D1, mais avec combien de supporters ?

En février dernier, ils étaient près de 3000 à soutenir les Celloises à l'Acclameur de Niort. Malgré la crise sanitaire, les partenaires du club ont répondu présent mais le public reste la grande interrogation de ce début de saison.
 

Nous, si on joue sur un stade vide, de un on n'aura plus de partenaire et de deux on ne pourra plus faire de matchs dédiés aux entreprises qui veulent inviter les employés ou les clients. Ça peut être catastrophique pour nous. On peut faire une très bonne année sportive et être en difficulté financière si le covid continue de perturber le fonctionnement.

Frédéric Vignier, président du club de handball féminin de Celles-sur-Belle.



En attendant, quatre matchs de préparation à domicile sont au programme avant la reprise des compétitions le 12 septembre avec un match de Coupe de France.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handball féminin handball sport